10:43 - December 11, 2018
Code de l'info: 3468112
Le directeur du centre d’entraide « Imam Moussa Sadr » du Liban a déclaré que l'imam Moussa al-Sadr avait toujours insisté sur l’entraide et que de nombreuses compétitions coraniques internationales seront organisées dans les deux ou trois prochaines années ».

Nous avons rencontré Nejad Sharaf-o-din, directeur libanais des centres « Musa al-Sadr » que nous avons interrogé sur les activités sociales du centre libanais. 

Nejad Sharaf-o-din a déclaré : « L'imam Musa Sadr est arrivé au Liban en 1959 et a confié en 1963, la responsabilité de la gestion du département des femmes à sa sœur Rabab Sadr. L'imam al-Sadr a commencé ses activités lorsqu'il est venu au Liban et a cherché à poursuivre les activités caritatives de l’Allamah Sharafāddin. Ces activités se sont progressivement étendues et développées.  »

دینداری، رسیدگی به مردم است

 « Il ne faut pas oublier, a-t-il dit, que la création d'organisations caritatives était une des préoccupations de l'imam Sadr qui a aussi créé de nombreux centres éducatifs et sociaux. En 1978, avant l'enlèvement de l'imam Musa Sadr, les occupants sionistes ont lancé des attaques brutales sur le sud du Liban. De nombreux bombardements ont contraint les familles libanaises à quitter leur ville et leur domicile. »

دینداری، رسیدگی به مردم است

Le directeur du centre d’entraide « Imam Moussa Sadr » a souligné :  « Beaucoup ont été tués. À cette époque, l'imam Sadr assumait la direction de l'orphelinat avec sa sœur Rabab Sadr, avec l'autorisation de l’Ayatollah Sayed Abul Qasim Mousavi Khoi. Les institutions de l’Imam Musa Sadr ont aujourd’hui trois composantes fondamentales: l’éducation, les écoles techniques et professionnelles, et les soins infirmiers, et plusieurs dispensaires dont 7 cliniques dans différentes régions du sud du Liban. La première institution établie par l'imam al-Sadr était "Bayt al-Fattah" ou « la maison des filles ».  »

دینداری، رسیدگی به مردم است

 « Dans le passé, a-t-il ajouté, des femmes actives étaient chargées de l’enseignement des femmes du Sud-Liban et des villages. Ce mouvement d'alphabétisation a été créé. L'imam al-Sadr a lancé cette activité dès le début pour aider les femmes. Les filles sont formées à partir de l’âge de 5 ans jusqu'à l'université. En plus de l'éducation et des loisirs, des activités sont organisées au domicile d’accueil des enfants sous les auspices de l’Institut. Ces enfants ont une vie difficile et il est nécessaire de continuer à les éduquer chez eux. »

دینداری، رسیدگی به مردم است

Il a ajouté : « Lorsque les filles de cette institution grandissent, les services de bienfaisance et de Fi Sabilullah continuent. Les filles sont soutenues aussi quand elles vont au centre d’enseignement technique et professionnel ou à l’Université de Beyrouth. Il existe de nombreux centres coraniques au Liban, et de nombreuses compétitions nationales que nous essaierons d’internationaliser les deux ou trois prochaines années. Cette année, nous avons élevé le niveau des compétitions et pris en charge le salaire des enseignants du Coran, avec l’aide de donateurs. À l'institut, nous commençons à enseigner les questions religieuses aux enfants et peu à peu, nous enseignons le Coran. »

دینداری، رسیدگی به مردم است

 Nejad Sharaf-o-din a expliqué : « Nous envisageons d’établir progressivement les conditions nécessaires à l'éducation de tous les habitants de la région avec la création de centres coraniques où nous enseignons aussi le commentaire et les concepts coraniques. Parmi nos activités figurent de nouvelles disciplines techniques et professionnelles dans les domaines de la photographie, du graphisme, de l'informatique et autres. Environ 60000 personnes sont traitées chaque année, dans les centres de santé des établissements Imam Musa Sadr. En plus des Libanais, des réfugiés syriens sont également soignés. Ce service ne concerne pas uniquement les filles de l'institution et ces cliniques sont situées dans les villages. L’une de ces activités est l’organisation des cérémonies d’Iftar auxquelles participent plus de 1000 orphelins de différentes religions du Liban. Le centre "ECIL" soutient les jeunes enfants et est placé sous la supervision des institutions de l'imam Musa Sadr à Beyrouth, qui a commencé ses activités il y a sept ans. »

دینداری، رسیدگی به مردم است

 « Le centre accueille les enfants de moins de trois ans et des enfants atteints du syndrome de Down ou d'autisme, ou qui ont des problèmes moteurs et comportementaux. La création et le développement de ces institutions ont apporté des changements fondamentaux au Liban, particulièrement pour les familles qui ont des enfants handicapés, a-t-il encore indiqué.» 

دینداری، رسیدگی به مردم است

 « Environ 67% du budget provient de dons d’organismes de bienfaisance parrainés par des filles de l’Institut. Une personne ou plusieurs personnes s’occupent d’un ou de plusieurs orphelins. Parallèlement à ces aides, nous essayons de vendre des produits. Par exemple, nous avons un restaurant dans la ville de Tyr où sont aussi formées les des filles du secteur technique et professionnel et du secteur de la cuisine et de la confiserie. Nous sommes également actifs dans le domaine de l'artisanat et nous avons des ateliers de tissage de tapis, d'argenterie, de recyclage, de bijoux, de verroterie et de sculpture qui existent depuis longtemps au Liban et que nous essayons de faire revivre ainsi que d’autres valeurs spirituelles », a-t-il conclu. 

دینداری، رسیدگی به مردم است

3764071

Prénom:
Email:
* Commentaire: