8:34 - February 12, 2019
Code de l'info: 3468715
Le religieux chiite iranien a condamné le meurtre brutal d'un jeune garçon de six ans à Médine, en Arabie saoudite, par un extrémiste wahhabite.

Dans une déclaration prononcée dimanche, le Grand Ayatollah Ali Safi Golpayegani a présenté ses condoléances pour le martyre du petit garçon à sa famille, qui est musulmane chiite, et a prié Dieu de donner à sa famille la patience de supporter sa perte.

Il a également appelé les instances internationales à réagir face à ce crime atroce et a critiqué le silence des dirigeants des pays musulmans, en particulier ceux de Riyad, pour le silence sur cet incident tragique.

L’assassinat du garçon en plein jour en Arabie saoudite a généré une vague de choc et de révulsion et attiré l’attention sur la nature brutale de l’école de pensée wahhabite qui régit le royaume.

L'enfant, identifié comme étant Zakariya Bader al-Jabir, a été brutalement assassiné par un homme - décrit dans certains rapports comme un chauffeur de taxi - devant sa mère qui hurle dans la ville sainte de Médine.

Le meurtrier a poignardé à plusieurs reprises Zakariya au cou avec un morceau de verre brisé jusqu'à ce qu'il soit décapité, a déclaré un témoin racontant cet assassinat macabre.

L'enfant et sa mère auraient été attaqués par l'assaillant apparemment seul alors qu'ils se rendaient au sanctuaire du prophète Muhammad (psl).

Shia Rights Watch, un groupe de défense des droits des chiites, basé à Washington, a déclaré samedi que l'incident était "le résultat de violations continues et de l'absence de protection de la population chiite par les autorités saoudiennes".

«Les chiites saoudiens sont sous la répression militaire de leur gouvernement et de nombreux chiites sont en prison et dans le couloir de la mort», a-t-il déclaré.

Selon certaines informations, des responsables saoudiens ont rapidement déclaré que le meurtrier souffrait de problèmes psychologiques.

Ahmad Abul Ali, directeur exécutif du Centre de développement de l'enfant, principalement peuplé de musulmans chiites dans la province de l'Est, a appelé à la protection de tous les enfants du royaume, a rapporté le journal en ligne Hasanews.

Ademrights, un groupe de défense des droits basé en Irak, a également dénoncé le meurtre et imputé aux autorités saoudiennes d'avoir alimenté la violence contre la minorité chiite dans le royaume dominé par les wahhabites.

Le meurtre de l'enfant saoudien, a-t-il ajouté, est plus dangereux que les crimes commis par des terroristes de Daesh en Irak et en Syrie.
3789006

Prénom:
Email:
* Commentaire: