7:52 - February 24, 2019
Code de l'info: 3468820
L’ancien attaché culturel iranien au Sénégal a fait état de l’existence de 17000 centres coraniques et de près de 2 millions de mémorisateurs au Sénégal.
Seyed Hassan Esmati, lecteur coranique et ancien attaché culturel iranien qui a récemment terminé sa mission au Sénégal, dans un entretien avec l’Agence iranienne de presse coranique, a expliqué l'idée de la diplomatie coranique, et présenté le livre "Le soufisme en Afrique du Nord", de Mohammad Ali Ouhadi, éminent lecteur coranique iranien et disciple du maître Abdoul Baset et du cheikh Mostafa Ismail, et ses activités au centre pour le rapprochement des écoles islamiques. 
 
La deuxième et dernière partie de cet entretien portait sur les caractéristiques et la culture des musulmans sénégalais, et sur la place du Coran dans ce pays.
 
Seyed Hassan Esmati a déclaré : « La caractéristique la plus importante du Sénégal est l’existence de courants soufis très mal connus en Iran, qui prêtent attention à la loi et à la charia. L’amour du Coran et du glorieux prophète de l’islam (psl) sont une des caractéristiques importantes de ces tendances. Partout où le Coran est lu, un silence complet est établi et ceux qui écoutent les versets les écoutent avec cœur et âme. »
Sénégal : carte
 
« Le peuple sénégalaisn a-t-il dit, a une grande estime pour le prophète Mohammad (psl). Le continent africain et les pays africains ont une culture religieuse très joyeuse. En Tunisie, par exemple, le Ramadan est une grande fête religieuse et des compétitions coraniques sont organisées partout dans le pays. Le soufisme est plus puissant au Sénégal, et la pratique de la prière est très répandue dans ce pays. Le meilleur cadeau qu'une personne puisse recevoir au Sénégal, est le Saint Coran, et le Coran de la République islamique d'Iran est un de nos meilleurs outils de communication. »
 
L’ancien attaché culturel iranien a souligné : « La traduction française du Coran, d’Abu al-Qasim Fakhri, est une des traductions les plus appréciées au Sénégal, et pendant ma mission au Sénégal, cette traduction a été distribuée aux Sénégalais et même le personnel académique de l'Université de Dakar a salué cette traduction. Les termes coraniques sont très courants chez les Sénégalais. La capitale s'appelle "Touba" et dans cette ville, la plupart des rues portent des noms et des expressions coraniques comme "Janna al-Māwi" ou "Dar-o-Salam". »
 
Il a ajouté : « Les femmes au Sénégal sont très actives dans la société, la politique, le monde universitaire et l'économie. L'institution familiale est très forte au Sénégal, et la mère a une position très forte dans ce pays où la polygamie est reconnue comme une règle du Coran. Les citoyens jouent un rôle important dans l'élaboration des politiques et le gouvernement accorde une grande attention au vote de la population. »
 
M. Esmati a indiqué : « Le gouvernement a recours aux chefs religieux pour résoudre les problèmes sociaux. La religion et le gouvernement sénégalais ont de bonnes relations, bien que le gouvernement soit laïc et défende la séparation de la religion et de la politique. Il existe 17000 centres coraniques et près de deux millions de lecteurs du Coran au Sénégal. Lors de la visite de l'ambassadeur d'Iran à Dakar, au président du Sénégal, j'ai annoncé que l'Iran coopérerait avec le Sénégal pour l'éducation coranique. Des professeurs iraniens sont venus au Sénégal et ont organisé des cours de formation à Dakar et à Touba, qui ont été bien accueillis par les professeurs coraniques de toutes les provinces du Sénégal. »
 
« Nous avons, a-t-il dit, également fait des efforts pour présenter au Sénégal, le soufisme et le mysticisme iraniens. L'État sénégalais n'est pas en faveur du wahhabisme et des mouvements religieux extrémistes, à cause des courants soufis. L'État sénégalais parmi les pays islamiques, est un des rares gouvernements à avoir maintenu le système d'éducation coranique traditionnel. Je pense que le Sénégal et l'Iran ont d’énormes possibilités de coopération dans la diplomatie coranique et dans le monde islamique, et que cette coopération peut fournir de nombreux services au monde islamique et au monde, car le monde recherche la paix et l'Islam est une religion de paix. L'objectif de la diplomatie coranique est de donner une place spéciale au Coran dans les activités culturelles internationales, sans se limiter à une simple récitation du Coran. »
 
« Nous avons des arts coraniques, un cinéma coranique, la calligraphie et l'illustration coraniques. En ce sens, nous pensons que la diplomatie coranique peut être utilisée pour surmonter les malentendus entre les pays islamiques, en particulier les malentendus religieux, et les expériences de nombreuses années dans ce domaine, ont montré que la plupart des musulmans et des non-musulmans sont heureux de recevoir les enseignements du Coran qui est un livre respectueux de la nature humaine », a-t-il dit.
Prénom:
Email:
* Commentaire: