10:11 - March 05, 2019
Code de l'info: 3468918
Hambourg est l'une des plus grandes villes d'Allemagne avec 50 ans de tradition islamique. Le Centre islamique de Hambourg est une des plus importantes et des plus anciennes institutions islamiques et chiites de cette ville. Ce centre irano-chiite est opérationnel depuis 1966.

Le journal allemand « Focus », dans son dernier numéro, a publié un rapport sur l'histoire et les activités de ce centre, et déclaré :
« Le centre islamique de Hambourg est une des principales institutions islamiques en Allemagne. Il n'y a pas si longtemps, alors que les activités des musulmans en Allemagne, se limitaient au sous-sol des bâtiments, les membres de cette association avaient la mosquée « Imam Ali » pour organiser leurs programmes.

La petite communauté iranienne en Allemagne, avait cet avantage et les chiffres de janvier 1960 montrent qu’à cette époque, environ 1978 Iraniens vivaient à Hambourg et ne représentaient que 2,6% des étrangers. Dans ces circonstances, les Iraniens ont décidé en 1966, de créer le Centre islamique de Hambourg et de construire une mosquée à quelques kilomètres de chez eux.

Le centre était un refuge pour les musulmans iraniens et organisait des cérémonies religieuses. A cette époque, le centre n'avait pas beaucoup de contacts avec Téhéran. Plus tôt en 2015, l’histoire du Centre islamique de Hambourg, publiée dans un rapport intitulé "55 ans de dialogue à Hambourg", a été publiée dans un rapport qui montrait que le centre islamique de Hambourg à cette époque, n'était pas seulement un lieu de culte et de rassemblement pour tous les musulmans de divers pays, mais aussi pour les fidèles d'autres religions. Dans ce contexte, la participation des membres du Centre islamique de Hambourg à la journée de l'église évangélique en 1981, n'était pas une chose étrange. À cette époque, les représentants du centre discutaient avec des représentants des communautés chrétiennes et juives, sur des questions importantes comme la paix et la justice dans le monde, ce qui montre que les chiites iraniens étaient au cœur de la communauté de Hambourg.

En 1979, lors de la révolution islamique en Iran, qui a conduit à l’instauration d’un régime chiite dans ce pays, le Centre islamique de Hambourg a poursuivi ses activités. Le 19 septembre 1996, l’académie islamique de Cologne a été transférée au Centre islamique de Hambourg. Abdul Jawad Falaturi, penseur iranien résidant en Allemagne et fondateur de l'Académie islamique des sciences de l'Université de Cologne, a déclaré : "Un dialogue interethnique peut réussir si tous les groupes parviennent à se comprendre véritablement."

Cette déclaration montrait que les Chiites allemands à cette époque, étaient prêts à communiquer avec les adeptes des autres religions, et souhaitaient éliminer les malentendus et les préjugés sur leur religion dans les manuels européens.

Après un certain temps, Falaturi a expliqué aux musulmans que les contenus anti-islamiques des années 1980 et 1990, avaient été supprimés de tous les manuels allemands. Même si le Centre islamique de Hambourg au cours de cette période, a été critiqué, il n’y a jamais eu de doute sur les bonnes intentions de ses responsables qui après la révolution islamique, ont toujours insisté sur la tolérance et la nécessité d'un dialogue interreligieux dans la société allemande. Cependant, en 2000, le Centre islamique de Hambourg était sous le contrôle des services de sécurité allemands.

Bien que les activités du Centre islamique de Hambourg ne datent pas d’après la révolution, le Bureau de protection de la Constitution de l’État de Hambourg avait déclaré : « L’Institut islamo-iranien de Hambourg est un des plus importants centres de propagande chiite qui met la République islamique au cœur de l'Europe. Ils promeuvent les idéaux des islamistes et veulent que l’islam devienne universel » .

Ainsi, après 40 ans d'activités continues et l'accent mis sur le dialogue interreligieux au centre, en 2004, beaucoup se demandaient si le Centre islamique de Hambourg promouvait des idées islamistes et si l'accent mis par les responsables du centre sur un dialogue interreligieux n'était pas un simple slogan.

Le Sénat à plusieurs, a soutenu le centre islamique et les résultats des enquêtes de l'agence montrent que le centre islamique de Hambourg a beaucoup de pouvoir en Allemagne et en Europe. Le Bureau fédéral pour la protection de la Constitution a déclaré en 2007, que le Centre islamique de Hambourg était un centre influent pour la propagation des idées de la révolution islamique et du modèle de communauté islamique, en Europe.

Dans son rapport, ce bureau a également souligné le rôle du centre dans l’intégration à la communauté européenne et déclaré : "Le Centre islamique de Hambourg est une institution fondée sur la tolérance et la modération, qui met l’accent sur la coopération entre les adeptes des différentes religions. ... Ce centre a un impact significatif sur les centres islamiques et les mosquées au niveau de l'État, et collabore également avec les grands centres islamiques comme le « Central Muslim Council », pour accroître son influence".

Le bureau de défense de la constitution a publié des rapports des années 2004 à 2012, sur le centre islamique de Hambourg. En 2006, ce bureau a publié pour la première fois, une liste des mosquées et des associations islamiques des villes de Brême, Berlin, Munich et Francfort, directement sous l’influence du Centre islamique de Hambourg, et a déclaré qu'au moins quatre autres centres de la ville de Hambourg avaient collaboré avec le Centre islamique.

Suite à ces rapports, des représentants de certains partis allemands ont demandé pourquoi le Sénat de Hambourg en 2012, avait signé un traité de coopération avec des organisations islamiques. Le Centre islamique de Hambourg a protesté contre les représentants de certains partis car en vertu des accords entre les membres du conseil et le Sénat de Hambourg, les deux parties se sont entendues sur la nécessité de la tolérance à l'égard des autres religions, la lutte contre les discriminations, la reconnaissance des fêtes religieuses et l'enseignement des sciences religieuses.

Une autre critique des représentants de certains partis allemands concerne la présence de membres du Centre islamique de Hambourg à la journée de Qods à Berlin. En 1979, l’imam Khomeiny, fondateur de la République islamique d’Iran, avait demandé aux musulmans du monde entier de faire preuve de solidarité lors du dernier vendredi du mois de Ramadan, avec le peuple palestinien, contre le régime des occupants sionistes. Depuis, de nombreux musulmans participent aux manifestations de la journée de Qods à Berlin. Des responsables de l'Agence fédérale de défense de la constitution ont déclaré que des membres du Centre islamique de Hambourg avaient participé aux manifestations de la journée Qods en 2009 et qu’en 2017, les responsables du Centre islamique de Hambourg avaient non seulement participé aux manifestations mais également joué un rôle d’organisateurs. La publication de ce rapport a suscité de nombreuses critiques en Allemagne. Cependant, à cette époque, le porte-parole de la faction sociale-démocrate du Sénat de Hambourg a clairement fait savoir à tous, que la coopération avec le Centre islamique de Hambourg, se poursuivrait.

Les représentants du Sénat à cette époque, ont annoncé qu'ils choisiraient la voie de la négociation au lieu de supprimer le groupe, et les représentants du Sénat de Hambourg n’ont pris aucune mesure quand les responsables du centre ont participé à plusieurs manifestations anti-israéliennes. Cet accord des représentants du Sénat avec le Centre islamique de Hambourg, a suscité de nombreuses critiques ces dernières années. Cependant, même en 2018, lorsque l'Office fédéral de la défense de la constitution a publié un rapport sur la présence de responsables et de membres du Centre islamique de Hambourg aux manifestations de la journée de Qods, aucun changement dans les relations entre le Sénat et le centre, ne s'est produit. Les membres du sénat ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec le Centre islamique de Hambourg et que les négociations avec les responsables du centre se poursuivraient.

Les dirigeants du Centre islamique de Hambourg estiment que les accusations portées contre eux sont sans fondement. L'année dernière, lors de la cérémonie de présentation du nouveau directeur du centre islamique de Hambourg, Mohammad Hadi Mufat, le nouveau chef du centre, a parlé aux journalistes accompagné par l'ayatollah Reza Ramezani, ancien chef du centre, et a répondu calmement à leurs questions. Ramazani a déclaré que le Centre islamique de Hambourg était une organisation religieuse qui ne s'intéressait pas aux questions politiques ».
3795230

Prénom:
Email:
* Commentaire: