11:49 - May 26, 2019
Code de l'info: 3469595
Les élections européennes se sont invitées aux tables de l'iftar organisé jeudi 23 mai par la fédération turque du CCMTF présidée par Ahmet Ogras. A quelques jours du scrutin, le Conseil français du culte musulman (CFCM) qu'il préside a lancé un appel à la mobilisation de tous les citoyens, y compris musulmans, pour faire barrage aux listes d'extrême droite.
Pour la 7e année consécutive, les locaux du Ditib, l’Union des affaires culturelles turco-islamiques, à Bagnolet, ont accueilli, jeudi 23 mai, l'iftar annuel du Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF). Un dîner de rupture du jeûne du Ramadan présidé par Ahmet Ogras dont le mandat en tant que président du Conseil français du culte musulman (CFCM) s'achève le 30 juin. 
 
Au cœur de son bref discours : les élections européennes, appelées à se tenir en France dimanche 26 mai et auxquelles Ahmet Ogras appelle à participer, à l'heure où les observateurs craignent un fort taux d'abstention au regard du désintérêt général des Français.
 
Cesser « le jeûne du vote » lors d'elections
« Face aux listes anti-islam, nous ne pouvons pas continuer à faire le jeûne du vote », a lancé le président du CFCM auprès des 150 convives présents. « Nous devons appeler tous nos fidèles, tous nos concitoyens à voter ce dimanche. Protégeons notre démocratie qui est notre bien le plus cher et sauvons notre Europe multiculturelle et multiconfessionnelle », a-t-il martelé. 
 
« Si nous continuons à faire le jeûne du vote, il ne faudra plus se plaindre qu'aucun élu politique, y compris le président de la République, ne réagisse à la profanation de nos tombes sacrées comme à Draguignan pendant le mois du Ramadan », prévient-il, sans pour autant donner de consigne de vote. « Jusqu'à dimanche soir, on a le temps de convaincre des personnes pour aller voter. Dites que vous existez ! »
 
Faire barrage « aux valeurs de haine et d'exclusion »
Rejoignant ces propos Anouar Kbibech a rappelé que le CFCM est sorti de sa neutralité « pour la première fois » lors de la présidentielle de 2017 pour faire barrage à l'extrême droite, « aux valeurs de haine et d'exclusion », et avait alors appeler à voter Emmanuel Macron. 
 
A ses yeux, le danger que représentent les listes d'extrême droite « nécessite une mobilisation de tous et de toutes, et notamment des citoyens français de confession musulmane » aux élections, européennes ou non. 
 
« Il faut prendre notre place dans la société et cela passe par notre implication dans la citoyenneté. Les problèmes de la France sont nos problèmes », a appuyé, plus tard, Fatih Serikir, secrétaire général de Milli Gorus. 
 
« L'appel que vous avez lancé vous honore », s'est réjouit l'ex-sénatrice Bariza Khiari, qui s'est dit « sensible » aux propos tenus par les cadres du CFCM. « Moi, personnellement, je ne veux pas me réveiller lundi en voyant l'extrême droite pérorer dans les télévisions », a-t-elle indiqué. 
 
Cet appel au vote, les Scouts musulmans de France y sont aussi sensibles, ces derniers ayant, pour leur part, fait passer le message dans leur réseau. Selon une dernière enquête de l'IFOP, 70 % des 18-34 ans pourraient bouder les urnes.
 
Ce week-end 25&26 mai ont lieu les #ElectionsEuropeennes2019
Une opportunité pour faire entre nos #voix !
Don't miss the opportunity to raise your voices by voting this week-end.#EUelections2019 ahead !#myeuropemysay #Act #vote #LSF #Scouting #Europe @ScoutismeFR @EuropeRegion pic.twitter.com/mKNklodIDI
 
— Scouts Musulmans FR (@ScoutsMusulmans) 23 mai 2019
 
En France, 34 listes se disputent les faveurs des électeurs. Les listes récoltant plus de 5 % des voix obtiendront un ticket d'entrée au Parlement européen. Le nombre de sièges attribués pour ces listes, répartis à la proportionnelle, dépendra de leurs résultats. Au total, la France dispose, sur les 705 sièges, entre 74 et 79 eurodéputés, selon l'issue du Brexit. 
saphirnews
Prénom:
Email:
* Commentaire: