11:26 - July 09, 2019
Code de l'info: 3469990
Jean-François Roberge, ministre canadien de l'Éducation au Québec, a déclaré que si Malala Yousafzai retire son voile, elle pourra enseigner au Québec. 
Récemment, au Québec, une loi a été adoptée, selon laquelle les employés du gouvernement, les enseignants, les infirmiers et les chauffeurs, ne devaient pas utiliser de symboles religieux pendant leur travail.
 
Vendredi, Jean François Roberge a publié une photo de lui à côté de cette militante musulmane pakistanaise qui portait un foulard, suscitant de nombreuses critiques au Québec. Le journaliste Salim Nadim Volji a demandé au ministre ce qui se passerait si Malala voulait enseigner au Québec. "Ce serait un grand honneur", a déclaré le ministre mais au Québec comme dans les autres pays tolérants, les enseignants ne peuvent porter de symboles religieux dans l'exercice de leurs fonctions. 
 
« Les enseignants doivent respecter la loi dans les écoles, mais il n’est pas prévu d’envoyer l’inspecteur dans les écoles de cette région », a-t-il dit.
 
L'Association des citoyens canadiens pour la liberté et le Conseil national du Canada ont protesté contre l'interdiction du foulard sur le lieu de travail estimant que cette loi visait les femmes musulmanes.
 
Malala Yousafzai, militante pakistanaise des droits des femmes, née le 12 juillet 1997, qui a travaillé au Pakistan pour l’éducation des filles, a déclaré qu'elle avait survécu à une attaque terroriste des talibans qui voulaient l'abattre, et a reçu le prix Nobel de la paix en 2014.
Prénom:
Email:
* Commentaire: