9:34 - August 25, 2019
Code de l'info: 3470401
Un drone est tombé dimanche peu avant l'aube et un autre a explosé dans la banlieue sud de la capitale libanaise, bastion du Hezbollah, a indiqué à l'AFP un responsable du mouvement chiite.

L'incident intervient quelques heures après des frappes israéliennes en Syrie voisine, mais le responsable n'était pas en mesure de dire si les drones étaient israéliens et s'ils avaient été abattus par le mouvement chiite. Un correspondant de l'AFP avait entendu une grande explosion dans la banlieue.
 
Selon presstv le mouvement de la Résistance libanaise, Hezbollah, a déclaré qu'il avait abattu deux drones israéliens survolant les zones proches de Beyrouth, la capitale. Un drone est tombé dimanche peu avant l'aube sans faire de dégât tandis que le second, une fois abattu, a explosé avant d'infliger des dégâts à un immeuble à Zahiya sud, selon la chaîne Al-Alam. Des sources locales libanaises avaient entendu une grande explosion dans la banlieue sud. Les forces de sécurité libanaises ont immédiatement formé un cordon autour d'un périmètre pour empêcher des centaines de résidents de s'approcher. Les services de sécurité du Hezbollah étaient également présents. 
 
C'est la première fois que l'armée de l'air israélienne est prise au dépourvu dans le ciel libanais, alors qu'elle se trouve en pleine agression contre le territoire syrien. En effet, les deux drones israéliens ont été interceptés puis abattus, alors que les chasseurs israéliens tiraient depuis l'espace aérien du Liban des missiles en direction de l'aéroport militaire de Mezzah au sud de la capitale syrienne, Damas. Il y a quelques semaines, le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah laissait entendre que son mouvement possédait des batteries de missiles antimissiles et antiaériens et que le Hezbollah est capable de surprendre dans l'espace aérien libanais les avions de chasse et les drones israéliens. Selon certaines sources, la destruction des drones israéliens devrait aussi être interprétée comme étant le signe d'un système de défense aérienne intégré ou interconnecté qui inclurait à la fois le ciel libanais et syrien. Après tout les radars syriens et ceux du Hezbollah pourraient avoir agi ensemble dans cette nuit de samedi à dimanche, le 24 août. 
 
Prénom:
Email:
* Commentaire: