10:36 - September 02, 2019
Code de l'info: 3470485
L’hojat ol islam Hamed Yarmohammadian, professeur du secteur français du centre Jamiat al Moustafa al Alamiya, a déclaré que Chritian Bonnaud critiquait avec sincérité les actions des responsables iraniens et devant les étrangers, il défendait fermement la place de l’Iran et son rôle géopolitique.

Lors d’une interview accordée à IQNA, l’hojat ol islam Yarmohammadian a indiqué : « Yahya Alaoui (Christian Bonnaud), traducteur du Coran et des œuvres de l’imam Khomeiny (ra) en français, avait consacré sa mémoire de doctorat à la gnose chez l’imam Khomeiny (ra). Il s’intéressait également à la révolution islamique, à la philosophie et à la gnose chez Molla Sadra. »


Pour l’hojat ol islam Yarmohammadian, Bonnaud était un initié de la gnose et de l’islam, ce qui l’a conduit à consacrer sa mémoire de doctorat à ce thème sous le titre « L'Imam Khomeyni, un gnostique méconnu du XXe siècle ». Il a fait publier une traduction du Coran qui comportent également ses recherches. »


L’hojat ol islam Yarmohammadian a souligné : « Christian Bonnaud était une personnalité spécifique avec beaucoup d’efforts. Il avait une extrême attention à ce qui se passait dans le climat de propagande islamique. Il travaillait lentement mais sans relâche. »


« Il avait un regard approfondi sur les thèmes islamiques, et comme il connaissait les visions orientalistes, il les comparait avec le point de vue islamique et y ajoutait ses remarques du point de vue de la philosophie et de la gnose islamique », a-t-il ajouté.

«بونو»، منتقدی دلسوز و مدافع ایران در برابر غیرایرانیان بود
Le professeur du centre Jamiat al Moustafa al Alamiya a expliqué : « Christian Bonnaud portait une vision critique et sincère sur les questions liées à l’Iran. A plusieurs reprises, il a défendu la place de l’Iran dans la région. Il y a des années, un groupe de personnalités françaises dont des conseillers de l’ancien président français, Jacques Chirac étaient venus en Iran. Quand on les a reçus dans un restaurant, Bonnaud a défendu la révolution iranienne et traité le rôle stratégique de l’Iran dans la région. »


« Dans des réunions avec les responsables et les experts du Jamiat al Moustafa ou avec ceux des autres organisations, il critiquait nos actions et il nous signalait nos défauts, mais devant les étrangers, il défendait l’Iran », a-t-il ajouté.


« Je l’ai connu, a-t-il dit, il y a 12 ans à Méched. Il enseignait différents thèmes dont la philosophie islamique aux étudiants francophones. »


Expliquant que le centre Jamiat al Moustafa est une université virtuelle et un institut d’ethnographie, il a souligné : « Le centre offre des cours à court terme et englobe différentes facultés dont un département du français. M. Bonnaud a été invité à ce centre pour enseigner les cours de la philosophie et de la gnose islamique. Il était surtout consulté par les étudiants pour leurs mémoires. »


« Le professeur Bonnaud ne travaillait pas directement pour le centre, il était indirectement à son service. On profitait de son savoir au service de la traduction des œuvres publiées par le centre et surtout dans les interventions, dans l’enseignement et dans la traduction », a-t-il conclu.
3839010

Prénom:
Email:
* Commentaire: