Le cheikh Issa Qassem :
9:04 - June 25, 2019
Code de l'info: 3469861
Le plus important clerc chiite de Bahreïn a déclaré qu'un prétendu plan de paix élaboré par les États-Unis sous le président Donald Trump cherche à compromettre de manière irréversible les droits de tous les Palestiniens.

Le Cheikh Issa Qassim a fait ces remarques lors d'une allocution à une conférence lundi à Qom dans la ville sainte du centre-nord de l'Iran.

Les États-Unis ont annoncé le programme l'année dernière, mais n'en ont pas divulgué les détails. Des informations divulguées indiquent toutefois qu’il s’agit de graves violations des anciennes exigences des Palestiniens.

Les responsables palestiniens de toutes les factions ont unanimement rejeté le projet, évoquant une forte suspicion quant aux intentions des États-Unis. L’Autorité palestinienne a commencé à refuser tout rôle d’intermédiaire de Washington dans le conflit israélo-palestinien à la fin de 2017, après que Trump eut reconnu la ville sainte occupée de J Qods comme «capitale» d’Israël.

L’Ayatollah Qassim a déclaré que le plan américain revenait à vendre tout ce que les Palestiniens ont, y compris les lieux saints de l’islam.

Refuser l'accord, c'est rejeter l'esclavage et accepter la liberté, a-t-il ajouté, soulignant que le monde islamique n'avait autre choix que de résister aux projets américains contre les Palestiniens.

Il a dit que l'accord conclu avec Washington était un procès pour que les dirigeants arabes puissent montrer leurs vraies couleurs.

De nombreux États arabes auraient apparemment approuvé le plan. Bahreïn a même choisi d’organiser une conférence présidée par les États-Unis, qui débutera mardi pour divulguer les aspects économiques du plan.

La Maison Blanche, elle-même, a largement évoqué la composante économique du plan, que Trump a salué samedi comme "Deal du siècle", déclarant qu'elle envisageait 25 milliards de dollars de nouveaux investissements pour aider les Palestiniens dans les 10 prochaines années. Les responsables palestiniens ont réagi en disant que les Palestiniens ne renonceraient pas à leurs droits et ne réclameraient pas de telles incitations économiques.

Le religieux bahreïnien a noté que le peuple bahreïni était contre l’accord et la conférence de Manama.

3822117

Prénom:
Email:
* Commentaire: