15:11 - September 04, 2007
Code de l'info: 1577737
Téhéran (IQNA)- En Bosnie-Herzégovine, il est difficile d'établir une communication entre les centres religieux et cinématographiques.
Leila Pantia, membre de l'association du cinéma des pays musulmans et cinéaste bosniaque, lors d'une interview avec l'Agence de presse coranique IQNA, a déclaré : " A cause du régime communiste qui a sévi pendant de longues années, les centres religieux n'ont pas pu de développer de façon satisfaisante, bien entendu, ces problèmes peuvent être résolus avec le temps. Pour enrichir le cinéma religieux et encourager les scénaristes à travailler sur les concepts coraniques, il est nécessaire que les religieux, dans le monde entier, coopèrent avec les producteurs et expliquent les sens et les règles coraniques. Cette collaboration sera sans aucun doute, très enrichissante pour le cinéma "
Faisant allusion au rôle des centres religieux, elle a ajouté : " Les centres religieux ont la mission d'informer la société et de développer la religion. Le cinéma est devenu, aujourd'hui, un outil de propagande pour différentes idéologies dans le monde. En Occident des travaux importants sont faits dans ce domaine mais malheureusement dans le monde de l'islam, les activités ne sont pas aussi étendues. Les centres et les écoles islamiques peuvent extraire du Coran et des Hadiths, des sujets intéressants pour le cinéma, des sujets qui n'ont peut-être pas été exploités jusqu'à présent. Ces relations entre les centres islamiques et cinématographiques, peuvent contribuer à un enseignement plus étendu des concepts islamiques dans la société, et éviter que l'enseignement religieux soit parfois déformé ou mal interprété.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: