9:36 - March 17, 2015
Code de l'info: 2999993
Londres(IQNA)-Sa dernière saillie verbale ignominieuse lui vaut l’opprobre général, l’Ecossais David Coburn, cet eurosceptique viscéral qui siège au Parlement européen sous les couleurs du parti d’extrême droite « UKIP » (Parti pour l’Indépendance du Royaume-Uni), fait l’unanimité contre lui pour avoir osé comparer Humza Yousaf, le seul et unique ministre musulman d’Ecosse, chargé des affaires européennes, au prédicateur islamiste Abu Hamza, l’ancien imam égyptien de la mosquée londonienne de Fi

L’émoi est grand au pays du chardon, et ce ne sont pas les piteuses excuses présentées à Humza Yousaf par le parlementaire dans la tourmente, invoquant une « plaisanterie de très mauvais goût », qui sont de nature à apaiser les voix qui appellent à sa démission et la colère de la victime de son analogie abjecte.


"Je suis tout à fait consterné, écoeuré et meurtri par l’attaque de David Coburn à mon endroit. C’est indigne de son mandat, c’est impardonnable !", a clamé Humza Yousaf, sous le choc de cette flèche empoisonnée qui l’a atteint en plein cœur, et avec lui, l’ensemble de la classe politique écossaise, profondément révulsée…
"C’est de l'islamophobie de la pire espèce. Le fait que cette grave dérive langagière émane d'un membre élu du Parlement européen est encore plus choquante et inacceptable que si elle avait été prononcée par un quidam dans la rue", a déploré le ministre en exercice, très marqué par cette agression verbale dégoulinant de haine.
Alors que la clameur d’indignation résonne avec force dans le temple législatif, Humza Yousaf a adressé une missive au leader de l’UKIP, Nigel Farage, afin d’exiger l’exclusion de son député désavoué par tous. "Nigel Farage est lui-même sous le coup de plusieurs accusations de racisme, et avec la sortie de son fervent partisan David Coburn, l’UKIP a définitivement fait la preuve qu’il n’avait pas juste quelques fruits pourris en son sein, mais qu’il était pourri jusqu’à la moelle", s’est emporté ce dernier dont la requête est restée lettre morte, seul le président écossais de l’UKIP se fendant d’une réponse, mais qui a sonné comme le plus irrévocable des vetos.
Bien que discrédité et décrié jusqu’au sommet du pouvoir, Nicola Sturgeon, le Premier ministre d’Ecosse, s’offusquant de ses paroles « terribles et condamnables », tandis que le chef de file du parti démocrate, Willie Rennie, l’a qualifié de « fou dangereux devant rendre des comptes pour ses propos infâmes », David Coburn, le député européen de la honte, est bien déterminé à polluer l’Ecosse et le club des 28 encore longtemps...
Oumma

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: