10:10 - December 01, 2007
Code de l'info: 1607016
Washington (IQNA)- La nécessité de s'adapter aux diverses croyances et pratiques ‎religieuses de leurs employés oblige les sociétés américaines à trouver les moyens de ‎faire face à cette question relevant directement de la grande diversité qui caractérise ‎désormais leur main-d'œuvre.‎
‎« Bien des entreprises ne savent pas encore comment procéder, mais elles savent qu'il ‎faut prendre des mesures », a dit à l'USINFO M. David Miller, directeur du Centre pour ‎la foi et la culture de l'université Yale.‎
Selon M. Miller, responsable du programme intitulé « Éthique et spiritualité sur le lieu de ‎travail », les entreprises des États-Unis sont « assoiffées » d'informations sur la façon ‎d'aborder les questions religieuses touchant leur personnel.‎
Les immigrés de foi musulmane, hindoue, bouddhiste, entre autres, augmentant ‎régulièrement, la main-d'œuvre est désormais bien plus diverse que jadis au plan ‎religieux. En vertu de la loi en vigueur aux États-Unis, les employeurs doivent prendre ‎les mesures qui permettront à ces personnes de respecter le rituel de leur religion, à moins ‎que cette « adaptation » n'entraîne des aménagements au coût trop lourd pour l'entreprise.‎
Mais ce n'est pas la seule raison pour laquelle les employeurs doivent trouver des ‎solutions aux questions liées à la religion.‎
‎« La foi, au travail, est un authentique mouvement social », a souligné M. Miller, ajoutant ‎que, pour nombre d'employés, la foi est le guide de l'honnêteté et du bon comportement ; ‎elle peut les aider à accepter leurs obligations professionnelles et à ne pas baisser les bras ‎lorsque la situation au plan du travail n'est pas idéale. La foi est donc un élément ‎indissociable de leur personnalité.‎
D'ailleurs, sur un marché du travail de plus en plus concurrentiel, les sociétés attirent ‎davantage d'employés qualifiés qui leur demeurent fidèles et elles disposent d'une base de ‎clients plus large lorsqu'elles respectent les différences religieuses.‎
‎« Il s'agit là d'une tendance puissante qui prend de l'ampleur (...) Lorsque nous avons ‎commencé à nous pencher sur la question, tout le monde disait que la dimension ‎religieuse de la diversité était insignifiante. Aujourd'hui, lorsque vous assistez à des ‎réunions sur la diversité, la religion est une question qui figure en bonne place à l'ordre ‎du jour », a dit Mme Georgette Bennett, présidente du Centre Tanenbaum pour la ‎compréhension entre les religions.‎
De l'avis de Mme Bennett, les sujets qui exigent des adaptations sont, entre autres, le port ‎de vêtements associés à une religion en particulier (le voile islamique par exemple), le ‎port de croix (chrétiens) ou de la kippa (juifs), l'autorisation de prendre des congés pour ‎respecter des traditions religieuses, et l'installation de lieux pour la prière et la méditation.‎
D'autres autorisent la création d'associations d'employés ayant une affinité religieuse. Si ‎nombre d'entreprises craignent que de tels groupes encouragent la division, d'autres, ‎notamment American Express, Fannie Mae et IBM, les ont autorisés et ne se sont ‎heurtées à aucune difficulté. Dans une autre entreprise, Texas Instruments, les employés ‎ont commencé à créer des groupes de discussion où chrétiens et musulmans se retrouvent ‎autour de la table.‎
Il y a quelques années, le Centre Tanenbaum a organisé un groupe de discussion chez ‎General Motors (GM) composé de personnes de religions différentes. Les participants au ‎groupe ont parlé de l'importance qu'ils attachaient à leurs croyances, des stéréotypes liés à ‎leur religion, des sentiments que suscitaient ces stéréotypes et du rôle que jouait leur foi ‎dans l'exécution de leur travail.‎
Source: usinfo
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: