10:44 - November 24, 2019
Code de l'info: 3471182
Halima Aden n’a que 22 ans, mais elle a déjà aidé à changer le visage de la mode : une Somalienne née dans un camp de réfugiés au Kenya, elle a déménagé aux États-Unis à six ans ; en 2016, elle est devenue la première candidate à porter le hijab à Miss America et, en 2017, elle est entrée dans le monde de la mode, en participant au défilé Yeezy de Kanye West à New York.
Depuis lors, elle est apparue sur de nombreuses couvertures (y compris CR Fashion Book) et a joué dans des campagnes pour Sports Illustrated, Burberry, Nike et plus.
 
Elle ne s’en ira pas, comme elle l’a fait remarquer sur Instagram cette semaine, son hijab non plus. Dans un message personnel, Aden a écrit : "mon hijab n’ira nulle part ... ni aujourd’hui, ni demain, jamais".
 
Toutes les femmes très en vue rapportent avoir été victimes d’abus sur les réseaux sociaux, mais en tant que réfugiée musulmane portant un Hijab, Aden est probablement la cible d’agressions plus importantes que la plupart des autres.
 
La route a parfois été longue et très pénible
 
 
, écrit-elle, "mais aussi incroyablement enrichissante"
 
"Je ne vous demande pas de mettre fin aux critiques", a-t-elle poursuivi.
 
Je vous demande simplement de me considérer comme un être humain. Il est facile de porter un jugement quand on n’a jamais marché à la place de quelqu’un.
 
Aden a posté une photo d’elle en tant que jeune fille avec le commentaire - soulignant que, même si elle a changé, son choix de porter le voile est resté le même :
 
 
Le poste a reçu de nombreux encouragements de la part de célébrités.
alnas
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: