2:41 - December 31, 2019
Code de l'info: 3471551
A défaut d’exécution extra-judiciaire à la Kashoggi, Israël devrait se livrer à une cyber-attaque contre la Cour Pénale Internationale (CPI) pour la dissuader de vouloir enquêter sur les crimes israéliens contre les Palestiniens, recommande le quotidien de Sheldon Adelson.
Son journal ‘Israel Hayom’, qui jouit de la plus large circulation en Israel, n’y va pas par quatre chemins : “il faut passer du langage légal à celui de la force”, écrit Ariel Kahana, du service “Diplomatique”.
 
“Plutôt que des contorsions légalistes (pour savoir si Fatou Bensouda a le droit ou pas d’enquêter sur les territoires palestiniens, NDLR), Israël devrait mettre Bensouda en situation de devoir expliquer à son personnel pourquoi tous les ordinateurs se retrouvent hors service un beau matin, ou pourquoi l’ensemble des archives de la CPI ont subitement disparu”, affirme ce journaliste.
 
Depuis une semaine, la CPI et sa procureure générale Fatou Bensouda, font couler beaucoup d’encre en Israël.
 
Netanyahou ne s’est pas contenté de la traiter d’antisémite comme tout un chacun qui ne dit pas amen à tout ce que fait Israël. Toute la société israélienne la critique et se sent directement concerné par ses accusations de crimes de guerre, car qui n’a pas “servi” dans l’armée israélienne, ou n’a pas de proches actuellement engagés dans l’armée d’occupation ?
 
Il y a 4 ans, un autre journal israélien, de moins grande diffusion, “Makor Rishon” (propriété de Israël Hayom) avait suggéré que l’on fasse subir à la ministre suédoise des affaires étrangères Margot Wallström, le “même traitement qu’à Bernadotte” (assassiné par l’extrême-droite juive), parce qu’elle avait osé mettre en cause les exécutions extra-judiciaires commises par Israël contre des Palestiniens.
 
En 2016, c’était l’ancien ministre de transports, devenu ministre des affaires étrangères, Yisrael Katz, qui avait réclamé des “éliminations civiles ciblées” contre les dirigeants du mouvement BDS, à l’occasion d’une conférence de presse sponsorisée par le journal Yediot Aharonot. (On s’était beaucoup inquiétés à l’époque pour la sécurité physique d’Omar Barghouti notamment)
 
“Et maintenant voici un appel à des hackers israéliens, et peut-être même à une unité militaire de cyber-attaque, comme l’unité 8200 des services secrets, afin de sauver Israel de ses oppresseurs à La Haye. Qui sait ce dont ils sont capables ?”, conclut Jonathan Ofir dans Mondoweiss.
 
CAPJPO-EuroPalestine
Prénom:
Email:
* Commentaire: