7:52 - March 09, 2020
Code de l'info: 3472208
Le chef du Centre islamique d'Afrique du Sud, dans une note à l’occasion des funérailles de Hussein Cheikh-ol-islam, l'a qualifié de figure influente sur la question palestinienne, et de personne engagée et active.
« Hussein Cheikh-ol-islam était un diplomate, l’ancien secrétaire général de l’association de soutien à l’intifada et l’ancien chef adjoint de l'Assemblée internationale pour le rapprochement des écoles islamiques. J'ai entendu pour la première fois le nom du Cheikh al-Islam lorsqu'il était ambassadeur en Syrie. 
 
De retour au pays, il a maintenu ses relations avec le front de résistance et est resté sur cette voie jusqu'à son dernier souffle. Compte tenu de mon travail à la municipalité de Téhéran, j'ai été témoin de ses activités, de son engagement, de son dévouement envers la Palestine et de sa présence aux réunions de coordination des ONG de défense des Palestiniens qu’il dirigeait.  
 
Lors de mes rencontres avec Seyed Hassan Nasrollah qui avait été impressionné par des prédictions du Guide suprême, en particulier sur l'avenir de la Syrie après Hafiz al-Assad, Seyed Nasrollah a mentionné Cheikh al-Islam à deux reprises et je lui ai dit lors d'une réunion privée. Le frère de Hafez, Rafat al-Assad, qui allait probablement devenir président, avait tendance à favoriser Israël, ce qui était très dangereux pour la résistance. 
 
A chaque visite que je faisais, la première question qu'on me posait, était la situation de la Syrie et de l'axe de résistance après Hafez al-Assad, jusqu'à ce que je rencontre le Guide suprême. Contrairement à mes attentes, il ne m'a rien demandé, ce qui était très étrange pour moi. Je ne pouvais pas cacher ma surprise. Je lui ai dit que tous ceux que j'avais rencontrés pendant ce voyage, m’avaient interrogé sur l'avenir de la résistance après Hafez al-Assad. Le Guide suprême a répondu que je ne devais pas m'inquiéter de notre avenir après Hafiz al-Assad et que celui qui viendrait les soutiendra plus que son père. 
 
À l'époque, Bashar étudiait en France et personne ne pensait qu'il serait le prochain président. Quand Bashar al-Assad est devenu président, un arrangement a été conclu pour qu’il vienne en Iran et rencontre le Guide de la révolution. Une fois la réunion terminée, j'ai demandé au Guide ce qu’il pensait de Bashar, et il m’a dit : « Ne vous inquiétez pas, il soutiendra beaucoup plus la résistance que son père ».  Après la démission de Mottaki du poste de vice-président de l'Assemblée, J'ai demandé à Cheikh al-Islam qu’on organise une réunion sur la Palestine. Il a accepté et je suis allé le voir au bureau de la rue Taleghani. À mon arrivée, c’était l’heure de la prière et comme toujours, Cheikh avait fait ses ablutions et était prêt à prier. 
 
Il a dit que nous prierons d'abord et que nous discuterons ensuite.  Après la prière, je lui ai demandé pourquoi il hésitait à accepter la responsabilité de vice-président de l'Assemblée alors que c’était son devoir religieux. Le cheikh m’a appelé le soir et a dit qu’il acceptait à condition de rencontrer l'Ayatollah Araki le plus vite possible. Hier soir, j'ai essayé de l’appeler avec WhatsApp mais il n'a pas répondu.  
 
Je considère le virus Corona comme un cas de terrorisme biologique américain, et je pense qu'après la création du virus, les États-Unis l'ont libéré simultanément dans les deux pays qui les menaçaient le plus, la Chine et l'Iran. En Chine, le virus a été signalé et en Iran, il a été découvert par la suite. Lorsque le virus a été découvert à Qom, deux personnes étaient déjà décédées. 
 
Le virus serait donc apparu au moins 6 semaines avant la mort de ces victimes, c’est-à-dire presque en même temps que la Chine. Si cette théorie est exacte, toutes les victimes du Corona devraient être considérées comme des martyrs du complot terroriste biologique américain. Parmi eux, se trouvait Hussein cheikh al-Islam qui méritait cette position en raison de sa sincérité et de sa foi. Avec son départ, un autre commandant est tombé mais 
"Si un homme tombe, la tribu ne sera pas triste car 
 de tels hommes ne manquent pas dans cette tribu" », a-t-il dit dans ce message.
Prénom:
Email:
* Commentaire: