8:33 - April 01, 2020
Code de l'info: 3472415
Téhéran(IQNA)-Des milliers de Rohingyas en Inde luttent contre la faim alors qu’une épidémie de coronavirus dans les camps de réfugiés se profile.
Din Mohammad fait tout ce qui est en son pouvoir pour garder sa famille et ses camarades réfugiés rohingyas en bonne santé pendant un confinement de trois semaines imposé par le gouvernement indien pour combattre le coronavirus.
 
Au cours de la dernière semaine, Mohammad, 59 ans, qui vit avec sa femme et ses cinq enfants dans le camp de réfugiés de Madanpur Khadar dans la capitale, New Delhi, fait des tours de baraquements pour s’assurer que les gens maintiennent une distance sociale et gardent leurs huttes en bois et en feuilles de plastique nettoyer.
 
Mais il sait que ces mesures sont difficiles à mettre en œuvre dans des camps de réfugiés surpeuplés comme le leur, où les gens vivent dans des conditions exiguës sans installations de base comme des toilettes et de l’eau potable.
 
« Nous sommes littéralement assis sur un baril de poudre », a déclaré Mohammad à Al Jazeera. « Il ne faudra pas longtemps avant d’exploser. »
 
Près de 40 000 réfugiés musulmans rohingyas vivant dans divers camps de réfugiés à travers le pays craignent qu’une catastrophe humanitaire ne plane sur eux, car ils ont été laissés seuls pour combattre la pandémie de coronavirus.
 
Mardi dernier, le Premier ministre indien Narendra Modi a annoncé le verrouillage strict des 1,3 milliard de personnes en Inde pour empêcher la propagation du virus qui a tué plus de 30 000 personnes dans le monde.
 
Mais cette décision s’est transformée en une tragédie humaine, avec des dizaines de milliers de travailleurs migrants fuyant les villes, dont beaucoup ont été contraints de parcourir des centaines de kilomètres pour atteindre leurs maisons, à la suite de la fermeture d’entreprises et d’usines.
 
Les critiques ont accusé le gouvernement de se précipiter avec le confinement sans un plan approprié. La nation sud-asiatique a enregistré 1 000 cas de COVID-19 et 32 ​​décès à ce jour.
 
Peur d’une épidémie de coronavirus dans les camps
À environ 100 km au sud de la capitale, près de 400 familles rohingyas vivent dans un camp de réfugiés du quartier n ° 7 du district de Nuh à Haryana. Pour eux, avoir du savon est un luxe, sans parler d’acheter des masques et des désinfectants.
 
Tout le monde est préoccupé par le virus, mais il ne peut pas faire grand-chose pour se protéger. Les baraquements de fortune qui s’appuient les uns sur les autres empêchent les gens de maintenir une distance. L’assainissement général est médiocre, les toilettes sont sales et l’accès aux soins de santé est rare.
 
Jaffar Ullah, professeur d’informatique, vit dans l’une des cabanes. Le professeur de 29 ans a terminé sa dernière barre de savon samedi. Il n’a plus rien pour se laver les mains.
 
« Seules quelques familles ont du savon dans notre bidonville, alors que la plupart d’entre elles n’ont pas les moyens d’en acheter un », a-t-il déclaré à Al Jazeera.
 
Les employés municipaux locaux ont pulvérisé des désinfectants dans les zones résidentielles voisines – mais pas dans les bidonvilles. Au cours des derniers jours, dit Ullah, il y a eu une augmentation régulière des cas de fièvre chez les réfugiés.
 
« Je ne sais pas s’il est lié au coronavirus ou non, mais les gens ont peur. », a déclaré Ullah à Al Jazeera. « Ils ne peuvent pas aller à l’hôpital parce que les OPD (services ambulatoires) sont fermés pour cause de fermeture. Personne de l’administration n’est venu nous voir. »
 
La plupart des hôpitaux ont suspendu leurs services de consultations externes après l’annonce du verrouillage le 24 mars.
 
Jeudi dernier, la Rohingya Human Rights Initiative (ROHRInga), une organisation à but non lucratif basée à New Delhi, a mené une enquête de porte à porte auprès de 334 personnes vivant dans le camp de Madanpur Khadar et en a trouvé 37 souffrant de symptômes tels que fièvre, toux et le nez qui coule – semblable à ceux du nouveau virus.
 
« Il y a un risque sérieux d’épidémie de coronavirus dans les bidonvilles de réfugiés rohingyas », a déclaré Sabber Kyaw Min de ROHRIinga.
 
« Le gouvernement indien protège son peuple tandis que des organisations internationales telles que le HCR (l’agence des Nations Unies pour les réfugiés) ont fermé les yeux sur nous. Nous sommes littéralement laissés seuls pour lutter contre cette pandémie », a-t-il ajouté.
 
Entre-temps, le bureau du HCR à New Delhi a nié avoir retardé sa réponse et a déclaré qu’il suivait de près la situation en coordination avec les organisations locales à but non lucratif.
 
« Nous y sommes très attachés. Nous avons organisé divers programmes de sensibilisation liés au COVID-19 dans des bidonvilles au cours des dernières semaines », a déclaré à Al Jazeera Kiri Atri, responsable adjoint des relations extérieures du HCR.
 
« A partir d’aujourd’hui, nous commencerons à distribuer des kits d’hygiène contenant des savons, tandis que les masques seront distribués au cas par cas. »
 
«Affamé sans nourriture»
Badar Alam du camp de réfugiés de Nuh travaillait sur un chantier de construction en tant que salarié journalier, mais il n’a pas pu travailler en raison du confinement. L’homme de 31 ans affirme que sa famille, dont sa femme et ses trois enfants, n’a pas pris de repas convenable depuis une semaine.
 
Alam se retrouve avec deux kilos de riz, 250 grammes de lentilles et 250 roupies (2euros) dans sa poche, sans perspective de travail pendant au moins deux semaines supplémentaires. « Que vais-je nourrir mes enfants ? Des pierres ? » Il a demandé.
 
Près de 1 200 familles rohingyas vivant dans le district de Jammu, dans la région contestée du Cachemire, qui dépendent des usines de noix pour travailler, manquent également de céréales. Les réfugiés disent que c’est une question de jours avant de devoir dormir à jeun.
 
Hafiz Mubashar gère un séminaire islamique avec des internats pour les enfants rohingyas dans la localité Bathindi de la ville de Jammu. Il a fermé ses cours il y a une semaine. Mais depuis trois jours, il reçoit des appels d’étudiants lui demandant son aide pour arranger du riz et de la farine.
 
« Le verrouillage a exacerbé nos malheurs alimentaires », a déclaré Mubashar, 27 ans, à Al Jazeera.
 
« Beaucoup d’entre nous sont déjà affamés, tandis que d’autres sont passés à un seul repas par jour ou ont décidé de réduire leur apport alimentaire. »
 
Mubashar estime que les sept prochains jours seront critiques pour la communauté Rohingya, car la plupart des familles manqueront bientôt de leurs grains restants.
 
« Nous luttons contre la faim et le coronavirus en même temps », a déclaré Mubashar.
 
« Mais je pense que la faim nous tuera avant le virus. »
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: