9:02 - April 15, 2020
Code de l'info: 3472551
Téhéran(IQNA)-Les autorités saoudiennes cherchent à contenir une épidémie de coronavirus dans la ville sainte de La Mecque, où les bidonvilles et les camps de travail surpeuplés ont accéléré la propagation, malgré un couvre-feu de 24 heures.
Selon Bloomberg, le nombre total de cas de coronavirus signalés à La Mecque, où vivent 2 millions de personnes, a atteint 1050 lundi, contre 1422 dans la capitale Riyad, une ville plus de trois fois plus grande. Le grand nombre d’immigrants sans papiers de la Mecque et les logements exigus pour les travailleurs migrants ont rendu plus difficile le ralentissement du taux d’infection.
 
Fin mars, après que cinq employés du groupe saoudien Binladin, l'une des plus grandes entreprises de construction du Royaume, se sont révélés positifs, les autorités ont verrouillé le logement de 8000 travailleurs et suspendu les travaux d'agrandissement de la grande mosquée. Certains travailleurs ont été placés en quarantaine dans un hôtel, selon le document. L'entreprise n'a pas répondu à une demande de commentaires. Il n'était pas clair si le camp restait verrouillé.
 
Protéger la Mecque d'une pandémie qui accable des pays comme l'Italie et les États-Unis est crucial pour l'Arabie saoudite. C'est en partie à cause de l'importance de la ville pour les musulmans du monde, mais aussi parce que la famille royale fonde sa règle sur la tutelle du lieu de naissance de l'islam. 
 
Le gouvernement est conscient que le virus qui se propage à la Mecque "remettrait en cause sa responsabilité dans la protection de ces espaces, ce qui fait partie de la légitimité du pays lui-même", a déclaré Yasmine Farouk, chercheuse.
 
Dans l'ensemble, l'Arabie saoudite a signalé l'un des taux d'infection les plus faibles de la région, avec environ 5 000 cas sur une population de plus de 30 millions d'habitants. La Mecque a été l'une des premières villes saoudiennes à être soumise à un couvre-feu d'une journée, et les autorités ont pris des précautions sans précédent, suspendant le pèlerinage de la Omra en février et fermant les mosquées à travers le pays en mars.
 
L'épidémie met en évidence un problème national de flambée des cas chez les résidents étrangers. Les étrangers représentent environ un tiers de la population saoudienne, mais représentent récemment 70% à 80% des nouveaux cas, selon le ministère de la Santé - un taux qui a suscité un débat sur leur rôle dans la société.
 
Le ministre de la Santé, Tawfiq Al-Rabiah, a reconnu le problème dans une allocution télévisée lundi, affirmant qu'un comité gouvernemental avait été formé pour traiter la question.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: