8:59 - April 23, 2020
Code de l'info: 3472637
Téhéran(IQNA)-Deux bébés sont morts en Inde au mois d'avril, après le refus par des hôpitaux de prendre en charge leurs mères musulmanes. La pandémie a renforcé la montée d’islamophobie que connaît le pays.
Âgée de 30 ans, Rizwana Khatun s’était rendue à l’hôpital de Jamshedpur (Etat du Jharkhand) car elle saignait, a rapporté le Telegraph. Sur place, elle a d’abord été accusée de propager le nouveau coronavirus avant d’être battue. La jeune femme, qui a fait une fausse couche, a également dû nettoyer son propre sang.
 
Début avril, dans le district de Bharatpur (Etat du Rajasthan), un autre bébé est décédé car l’hôpital a refusé de prendre en charge la mère qui est musulmane. 
 
DES RASSEMBLEMENTS HINDOUES NON POINTÉS DU DOIGT
Cette vague d’islamophobie, en pleine pandémie, est due à la communication de membres du parti au pouvoir, Bharatiya Janata (BJP), qui ont déclaré que la propagation de l’épidémie dans le pays était due à une réunion d’un groupe de missionnaires musulmans qui s’était tenue à New Delhi, mi-mars. Le gouvernement indien avait alors interdit les rassemblements de plus de 50 personnes afin d’enrayer la diffusion du coronavirus.
 
Selon l’état indien, 30% des 15.712 cas positifs au Covid-19 étaient en lien avec cet événement.
 
Cependant, le nombre total de cas annoncé est sous-estimé, a affirmé le média britannique. De plus, des rassemblements de communautés hindoues n'ont pas essuyé les mêmes critiques.
 
Le Telegraph a recensé plusieurs autres établissements hospitaliers indiens qui ont annoncé leur intention de refuser des patients musulmans, notamment sans test négatif au Covid-19.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: