5:36 - July 08, 2020
Code de l'info: 3473391
Téhéran(IQNA)-« La violence sectaire et religieuse est enracinée en Inde en raison de l'utilisation des préjugés religieux comme outil pour faire avancer les intérêts politiques des partis », a affirmé un expert en droit international.
Avec l'abrogation de l'article 370 de la Constitution indienne sur l'autonomie du Cachemire, cette région a été assiégée, l'Internet et l'électricité coupés, les musulmans frappés et la loi martiale instaurée. Depuis des mois, les habitants du Cachemire sont enfermés chez eux par les forces gouvernementales indiennes. Le meurtre de jeunes musulmans du Cachemire et la destruction de 910 maisons dans la région, sous le prétexte d'une opération d’inspection sont les incidents récents qui ont touché cette région.
 
Hassan Alizadeh, expert en droit international, dans un entretien avec l’Agence iranienne de presse coranique, a expliqué : « La violence sectaire et religieuse est enracinée en Inde en raison de l'utilisation des préjugés religieux comme outil pour faire avancer les intérêts politiques des partis. Nous savons que les principaux partisans du parti de Narendra Modi, le Premier ministre indien, sont les hindous. Dans le domaine de la sécurité, nous devons souligner le risque croissant des relations entre les communautés musulmanes de l'Inde et le gouvernement du Pakistan, en particulier en relation avec la crise du Cachemire, mais ce genre de préoccupation a toujours existé depuis l'indépendance et la fin de la domination coloniale, et ne devrait pas être une excuse pour réprimer et violer les droits de l'homme. 
 
Bien sûr, les organisations de défense des droits humains telles qu'Amnesty International et World Human Rights Watch, ont fermement condamné les actions discriminatoires de l'Inde contre les musulmans, et nous avons assisté à peu de protestations de la part des gouvernements arabes et musulmans. 
کامل نیست// شروع نقض حقوق بشر مسلمانان هند با لغو ماده 370 قانون اساسی
Je crois que nous devons rechercher la racine de la crise au Cachemire, dans le courant extrémiste hindou et dans la société nationaliste indienne.
 
Sans aucun doute, cette loi sera la base de l'adoption de lois plus strictes pour surveiller et contrôler les musulmans dans l'avenir, en particulier vu l’absence de réactions des amis et des alliés de l'Inde, et le soutien tacite de la Chine à la loi.
 
Le comportement du gouvernement indien, l'abrogation de l'autonomie du Cachemire, la reconstruction du temple de Ram à la place de la mosquée Babri et le slogan du parti de Modi que "L'Inde appartient aux hindous", qui se traduisent par un nettoyage ethnique, sont les signes d’un manquement du gouvernement indien à ses engagements sur l'autonomie de la région du Jammu-et-Cachemire dont l'accord a été réécrit à l'article 370 de la Constitution indienne. 
 
En 1999 dans la déclaration de Lahore, l'Inde et le Pakistan s’étaient engagés à résoudre le conflit au Cachemire uniquement par voie bilatérale et sans la présence d'un tiers. La politique du gouvernement indien est une violation des premiers et troisièmes paragraphes de l'article 1, une violation des deuxièmes et troisièmes paragraphes de l'article 2, ainsi que de l'article 33 de la Charte des Nations Unies.
 
À cet égard, il convient de noter l'interprétation générale de la résolution 22 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur « le soutien aux religions minoritaires », qui interdit les discriminations fondées sur la religion et les convictions, conformément au principe d'égalité de l'article 26 qui signifie la liberté d'établir des lieux religieux, de protéger les groupes minoritaires des sentiments hostiles et le droit de tenir des réunions et des rassemblements religieux, sans compter la Convention internationale contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (articles 1 et 16), la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale (article 5) et la Convention sur la protection des minorités nationales.
کامل نیست// شروع نقض حقوق بشر مسلمانان هند با لغو ماده 370 قانون اساسی
Les actions de l'Inde violent aussi plusieurs dispositions de la Déclaration universelle des droits de l'homme, notamment les articles 2, 3, 5, 6, 15 et 22 , certaines dispositions de la Déclaration sur l'élimination de toutes les formes de préjugés et de discriminations fondées sur la religion ou les convictions, le principe juridique du droit à l'autodétermination et les résolutions du Conseil de sécurité sur le règlement pacifique des différends entre l'Inde et le Pakistan.
 
Au niveau régional, bien que le Cachemire ait toujours été influencé par l'histoire et la civilisation de l'Iran, la situation économique difficile de l'Iran victime des sanctions américaines les plus sévères, a largement limité le soutien et l’aide de l'Iran aux musulmans indiens. Nous l’avons vu dans la convocation de l'ambassadeur d'Iran en Inde, uniquement à cause d'un simple tweet de protestation de Mohammad Javad Zarif.
 
Sur la scène internationale, les protestations d'organisations internationales (gouvernementales ou non gouvernementales), et plus ou moins de gouvernements, ne représentent pas un problème sérieux pour le gouvernement indien.
 
Amnesty International et World Human Rights Watch, ainsi que la Commission islamique des droits de l'homme qui n'ont pas de pouvoir exécutif et les garanties nécessaires, ne peuvent pas répondre aux demandes. Reste à savoir comment la Cour suprême de l'Inde qui a toujours été connue pour son comportement indépendant et impartial, réagira à ces affaires. 
کامل نیست// شروع نقض حقوق بشر مسلمانان هند با لغو ماده 370 قانون اساسی
Aujourd’hui, les gouvernements ont la responsabilité de protéger les droits matériels et moraux de leurs citoyens mais les personnes qui sont elles-mêmes victimes des pressions et de la répression du gouvernement, peuvent-elles avoir l’espoir de voir leurs revendications entendues ?
 
Dans une telle situation, un concept appelé "responsabilité de soutien" a été proposé par la communauté internationale. Bien sûr, ce concept a été davantage discuté en théorie mais nous en avons également vu certains aspects dans la pratique des gouvernements et des organisations internationales, lors de la crise du Kosovo ou de la crise libyenne. 
 
Ainsi, lorsqu'un État ne peut pas ou ne veut pas soutenir ses citoyens, il incombe à la communauté internationale de guider ce gouvernement dans ses devoirs par des moyens tels que l'assistance, la punition et même l’intervention (civile et non militaire).
 
D'un point de vue juridique, une plainte auprès de la Cour internationale de Justice, du Conseil des droits de l'homme et du Comité des droits de l'homme des Nations Unies est possible. Il convient de noter que tous les États peuvent, conformément aux dispositions de la proposition de responsabilité internationale pour les États adoptée en 2001 par la Commission des Nations Unies pour le droit international (en particulier les articles 40, 41 et 42), exiger l'application pleine et entière par les gouvernements, des principes de non-discrimination, d'interdiction de la torture, d'interdiction de génocide ou de nettoyage religieux.
کامل نیست// شروع نقض حقوق بشر مسلمانان هند با لغو ماده 370 قانون اساسی
Dans le cas de la Cour internationale de Justice, la situation n'est pas claire car les gouvernements sont réticents à poursuivre un autre gouvernement sur la question des droits de l'homme. En dehors des problèmes financiers, un tel comportement n'est pas du tout considéré comme amical, et les gouvernements impliqués dans diverses questions, sont réticents à le faire car ils craignent d'être accusés à leur tour.
 
Dans le cas du cachemire, les manifestations les plus intenses ont été celles du Pakistan en raison de ses conflits frontaliers avec l'Inde. Avec le Pakistan, nous pouvons mentionner la Turquie, la Malaisie et dans une certaine mesure, l'Iran. La Chine elle, s'est rangée du côté du Pakistan, et dans d'autres cas, a même soutenue la politique répressive du gouvernement indien ! La Russie, les Émirats arabes unis et le Royaume-Uni ont soutenu l’Inde et réclamé le respect des règlements instaurés avec le Pakistan.
کامل نیست// شروع نقض حقوق بشر مسلمانان هند با لغو ماده 370 قانون اساسی
Parfois, cette répression et cette pression sont modérées, et parfois elles sont renforcées mais l'approche globale montre que la politique actuelle du gouvernement indien est l’isolement et l’oppression de la communauté musulmane de l'Inde ».
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: