8:30 - November 30, 2020
Code de l'info: 3474946
Téhéran(IQNA)-Le président turc Erdogan a déclaré que ceux qui encouragent les insultes envers le prophète Mohammed et ceux qui ignorent les attaques contre les mosquées tentent de cacher leur fascisme.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a condamné la montée de l’islamophobie et des sentiments anti-musulmans dans les pays occidentaux, affirmant qu’insulter les croyances des gens n’avait rien à voir avec la liberté de pensée, indique TRT World.
 
« Vous avez suivi de près la méchanceté en France envers le Prophète [Muhammad] sous l’étiquette de ‘liberté de pensée' », a déclaré Erdogan samedi lors de la 23e convention annuelle de la Muslim American Society.
 
« Insulter les personnages sacrés des gens est très éloigné de la liberté. Parce que la pensée est différente, l’insulte est différente. »
 
Dans un discours prononcé plus tôt cette année, le président français Emmanuel Macron a décrit l’islam comme «en crise» et a défendu les droits du célèbre magazine Charlie Hebdo après avoir réédité des caricatures insultant le prophète Mohammed ﷺ, offensant les musulmans du monde entier.
 
Plusieurs pays arabes ainsi que la Turquie, l’Iran et le Pakistan ont critiqué l’attitude de Macron envers les musulmans et l’islam.
 
L’islamophobie se propage plus vite que le Covid-19
Soulignant que le fanatisme idéologique a gagné du terrain, le président Erdogan a déclaré que ceux qui encouragent les insultes envers le prophète et ceux qui ignorent les attaques contre les mosquées tentent de cacher leur fascisme.
 
Il a déclaré que les pays occidentaux utilisent la liberté de pensée et de presse tout en s’attaquant aux valeurs sacrées, ajoutant qu’ils ne peuvent tolérer la moindre critique d’eux-mêmes.
 
Décrivant l’islamophobie comme une maladie qui se propage plus rapidement que le nouveau coronavirus, Erdogan a déclaré: « Le racisme culturel, la discrimination et l’intolérance ont atteint des niveaux qui ne peuvent être dissimulés dans des pays qui ont été salués pendant de nombreuses années comme les berceaux de la démocratie. »
 
Erdogan a déclaré que l’islamophobie et la xénophobie sont devenues une tendance qui guide les politiques de l’État et rend la vie quotidienne difficile.
 
La marginalisation des musulmans en raison de leurs croyances, de leur langue, de leurs noms ou de leur code vestimentaire est devenue normale dans de nombreux pays, a déclaré le président turc.
 
L’exemple turc
La Turquie, qui s’efforce de prévenir les conflits ethniques et sectaires, n’hésite pas à réagir si quelqu’un cible ses valeurs sacrées, a-t-il déclaré.
 
« Nous essayons de suivre une politique équilibrée, juste et sûre d’elle-même qui donnera l’exemple à toute l’humanité, en particulier en ce qui concerne les libertés religieuses. Nous n’interférons avec les croyances ou le mode de vie de personne, et nous garantissons la liberté de culte de tous nos citoyens vivant dans le pays. »
 
Le président turc a déclaré qu’il suivait avec plaisir la relation fraternelle étroite qu’ils ont développée avec d’autres groupes musulmans, s’exprimant sur la communauté turque vivant en Amérique,
 
Il a déclaré que la réunion annuelle de la Muslim American Society donnera espoir et force à la société islamique.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: