7:05 - March 18, 2021
Code de l'info: 3476119
Téhéran(IQNA)-Le Secrétaire général des Nations Unies a appelé, lors d'un événement de l'Organisation de la coopération islamique, à "faire face à ce défi mondial".

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a mis en garde, mercredi, contre la recrudescence de la discrimination et de l'islamophobie dans le monde, qui a atteint des proportions épidémiques.

De ce fait, il a appelé à la nécessité de faire face à ce fléau qui représente désormais un défi mondial.

C'est ce qui ressort d'un événement de haut niveau organisé par les États membres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) (57 pays) à New York, par visioconférence, pour marquer la première "Journée internationale de lutte contre l'islamophobie", qui correspond au 15 mars de chaque année.

Le 15 mars correspond à la date à laquelle un terroriste d'extrême droite a mené une série d'attaques perpétrées à Christchurch/Nouvelle-Zélande contre deux mosquées de la ville, faisant 51 morts et 49 blessés.

L'événement a réuni des ministres et des représentants permanents des États membres de l'ONU à New York, ainsi que le président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Volkan Bozkir.

"Nous devons nous concentrer en particulier sur la protection des droits des minorités. Beaucoup d'entre elles sont menacées dans le monde. Les communautés minoritaires font partie de la richesse de notre tissu culturel et social", a ajouté Guterres.

Il a évoqué un rapport international récemment débattu au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève concernant l'escalade des sentiments de haine et de discrimination à l'égard des musulmans dans certaines régions du monde.

Et Guterres de poursuivre: "le rapport a révélé que la suspicion, la discrimination et la haine pure et simple envers les musulmans ont atteint des proportions épidémiques."

Il a ajouté que le rapport citait des exemples de cette ségrégation, notamment les restrictions disproportionnées qui empêchent les musulmans à manifester leurs croyances, la sécurité des communautés religieuses, les restrictions imposées à l'acquisition de la nationalité en plus de l'exclusion sociale et économique.

"Les femmes musulmanes sont confrontées à 3 niveaux de discrimination en raison de leur sexe, de leur race et de leur religion, et malheureusement souvent, les stéréotypes sont exacerbés par certaines figures médiatiques, dont certains occupent des postes de pouvoir", a-t-il souligné.

Guterres a appelé à "faire pression pour des politiques qui respectent les droits de l'homme et l'identité religieuse et culturelle humaine", appuyant ses propos par un verset coranique, "Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez", (Sourate Al-Hujurat - Verset 13).

"La diversité est une richesse, pas une menace, et pour toutes ces raisons, la lutte contre la discrimination, le racisme et la xénophobie fait partie des priorités des Nations Unies", a-t-il conclu.

aa.com.tr

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: