9:58 - July 20, 2021
Code de l'info: 3477422
Téhéran(IQNA)-Ali Omar Ermes, artiste libyen-britannique, a consacré de nombreuses années de sa vie à l'art islamique et a laissé des peintures qui commémorent l'éthique et l'engagement, et ornent des musées de renommée mondiale.

Ali Omar Ermes est décédé la semaine dernière en Grande-Bretagne, laissant des œuvres inspirées de poèmes de poètes célèbres du monde arabe et des versets du Coran, dans un style unique.

L'artiste qui défendait les opprimés et dénonçait l'oppression et la dictature, a fait don d'une partie de ses revenus dans les expositions, au peuple d'Irak, de Syrie et de Palestine.

Ali Omar Armis est né en 1945 à Tripoli et a étudié l'architecture et le design à l'université de Plymouth dans le sud-ouest de l'Angleterre, il est rentré en Libye en 1970, et travaillait pour la revue Al-Fonun.

Selon Al-Quds Al-Arabi, il a travaillé comme consultant en arts visuels, au Festival du monde islamique de Grande-Bretagne en 1976, et vivait au Royaume-Uni depuis 1981, où il a participé à de nombreuses activités artistiques.

«علی عمر ارمیص»، هنرمند متعهد لیبیایی و خالق آثاری با اقتباس از قرآن + عکس

Ermes a passé les dernières années de sa vie à travailler sur les réseaux sociaux, partageant ses expériences artistiques sur YouTube et d'autres réseaux sociaux. Il a organisé des expositions en Grande-Bretagne, aux Émirats arabes unis (Dubaï), en Jordanie et dans d'autres pays, et ses œuvres ont été exposées à la société de vente aux enchères internationale de Londres (Christie's).

Les œuvres de cet artiste musulman sont conservées au British Museum, à la Smithsonian Institution de Washington et au musée "Ermitage" de Saint-Pétersbourg.

Ermes croyait en la mission de l'art et croyait que cette mission devait être utilisée pour transmettre les beautés du patrimoine et de la civilisation islamique.

 

Les œuvres de cet artiste libyen ont été exposées dans divers musées à travers le monde, notamment en Malaisie, dans les pays du Golfe Persique, en Grande-Bretagne, aux États-Unis et dans d'autres pays.

Ermes travaillait aussi avec la minorité musulmane de Grande-Bretagne dans des actions de bienfaisance, et a joué un rôle déterminant dans la construction de la mosquée Al-Manar et du centre culturel islamique de Londres qui est un des centres islamiques les plus célèbres d'Europe.

«علی عمر ارمیص»، هنرمند متعهد لیبیایی و خالق آثاری با اقتباس از قرآن + عکس

Malgré sa compétence particulière dans l'art islamique, Ermes n'a pas utilisé de versets coraniques directement dans ses peintures parce qu'il croyait que l'ajout de versets du Coran à l'art contemporain, était une instrumentalisation de la religion. Les quelques œuvres, dans lesquelles il avait incorporé des textes et des mots du Coran, sont conservées dans le Musée des œuvres coraniques du Bahreïn.

Dans ses œuvres d'art, il a montré l'oppression de son pays sous la dictature, et s'est tenu aux côtés des opprimés du monde. Dans une de ses expositions, intitulée « Où est la conscience ? » à la vente aux enchères Christie’s de Londres, il a dénoncé l'occupation de l'Irak, l'oppression et les injustices dont est victime le peuple de ce pays.

«علی عمر ارمیص»، هنرمند متعهد لیبیایی و خالق آثاری با اقتباس از قرآن + عکس

Ali Omar Armis a également fait don du produit de l'exposition et de la vente aux enchères de ses œuvres chez Christie's, à des associations de soutien à la Palestine et à l'Irak. Une partie du prix d'un tableau représentant les actes héroïques d'Antara Ibn Chadded el'Absi, grand poète du monde arabe, vendu à Dubaï en 2014, a été offerte pour aider les réfugiés syriens.

Son corps après la prière mortuaire à la mosquée Al-Manar de Londres, le 14 juillet 2021, a été enterré dans le « cimetière de la paix », à l'est de Londres.

 

3984667

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: