10:41 - November 28, 2021
Code de l'info: 3478876
Téhéran(IQNA)-L'ouverture de l'ancienne route Al-Kabash en Egypte, a déclenché un débat parmi les internautes arabes et égyptiens, sur la position de l'Islam sur les antiquités et les sculptures de cette région.

L’ancienne route appelée route Al-Kabash, et son site archéologique vieux de 3 000 ans, ont été inaugurés en présence du président Abdel Fattah al-Sisi, le 25 novembre 2021. Al-Kabash Road est une ancienne route de l'époque des pharaons, unique en son genre, qui possède des centaines de statues des deux côtés. Cette route de 2,700 kilomètres large d'environ 76 mètres, relie le célèbre temple de Karnak au temple d’Amon.

L'inauguration de la route d’Al-Kabash a suscité de nombreuses réactions chez les utilisateurs des médias sociaux en Égypte et dans les pays arabes, positives et négatives, ainsi que des discussions sur la position de l'Islam sur les statues et les monuments historiques.

Certains ont fait l'éloge de ce grand festival, le qualifiant d'image de la civilisation égyptienne antique. D'autres estimaient que la coûteuse cérémonie d'ouverture représentaient une dépense et une charge supplémentaire pour citoyens égyptiens touchés par la pauvreté, et y ont même vu un retour à l'idolâtrie.

Mukhtar Mohsen, Mufti du centre des fatwas égyptien a souligné que les fatwas sur la nécessité de détruire les monuments historiques étaient le produit d'idées déformées et extrémistes.

« Les antiquités ont une valeur historique et sociale, et ceux qui veulent détruire les monuments historiques, sont victimes de tendances extrémistes dues à leur ignorance de la religion. Les Compagnons sont entrés en Égypte lors de la conquête de l'Islam, y ont trouvé les œuvres de Pharaon et d'autres œuvres, et n'ont émis aucune fatwa ou avis juridique sur ces œuvres qui ont une grande valeur historique. La démolition des bâtiments de Pharaon n'est pas autorisée dans la loi islamique », a-t-il dit.

4016556

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: