6:15 - March 08, 2022
Code de l'info: 3480005
Téhéran(IQNA)-Au Liban, il existe de nombreux penseurs et écrivains chrétiens qui ont une dévotion particulière pour les Ahl al-Bayt (AS) et ont écrit de nombreux ouvrages sur la culture chiite.

A l’occasion de l’anniversaire de la naissance de l’Imam Hossein (as), Abbas Khamehyar, attaché culturel iranien au Liban, a écrit : « George Zaki Al-Hadj, éminents écrivains et professeurs libanais contemporains, bien que de culture chrétienne libanaise - comme certains autres penseurs et écrivains chrétiens de ce pays - s'intéresse à la culture chiite et a écrit plusieurs poèmes sur l’Imam Hussein (AS) et l'Imam Ali (AS).

Mon but en allant au village d'Iyat était de rencontrer le professeur George Zaki Al-Hadj qui est un des rares survivants de l'ancienne génération des intellectuels amoureux du chiisme et un des collègues de Boles Salameh, George Jardad, Suleiman Katan, Joseph Al-Hashim et Michel Kaadi.

 J’ai interrogé le professeur Al-Hadj sur la révolution islamique d’Iran qui m’a répondu : « Bien sûr, il faut d'abord définir le sens de la révolution. Qu'est-ce qu'une révolution ? La révolution est comme un volcan. Contrairement à d'autres révolutions dans certains pays, y compris les révolutions des pays arabes, la révolution islamique d'Iran s'est déclenchée de l'intérieur sans intervention étrangère. L'imam Khomeiny a fait une révolution contre l'oppression et a gagné. Pour quelle raison ? Parce qu'il était un leader différent des dirigeants arabes. Dans les pays arabes, on écarte Hosni Moubarak et on le remplace par une autre personne, mais l'Imam Khomeiny a déraciné un système complet et l'a remplacé par un nouveau système avec une nouvelle constitution et sur cette base, un gouvernement a été établi avec une nouvelle approche et une nouvelle culture. J'ai voyagé plusieurs fois en Iran. Chaque fois que je me suis rendu en Iran pour assister à une conférence, j'ai profité de l'extraordinaire hospitalité iranienne. Non seulement les organisateurs, mais même les hauts responsables m'ont accueilli de la meilleure façon. Une fois, nous sommes allés voir l'imam Khamenei et j'ai récité un poème à la Conférence de l'éveil islamique. Le martyr Hadj Qasim était également présent à cette conférence. J'ai également participé à la conférence « Baran Ghadir » à Téhéran, et à une conférence sur l’Imam Ali et la gouvernance moderne, à Qom, où j'ai lu mon poème sur Hussein (AS) dans plusieurs réunions ».

La plupart des penseurs et poètes chrétiens que j'ai rencontrés ont presque une chose en commun qui est la connaissance et l'étude du Nahj al-Balaghah de l’Imam Ali (AS). George Shakur, George Jardad, Michel Kaadi et un certain nombre d'autres penseurs chrétiens à qui j'ai parlé, ont tous été influencés par l'école des Ahl al-Bayt à travers le Nahj al-Balaghah et le mouvement d’Ashura.

« Beaucoup de gens sont dans un environnement qui exige l'acceptation des autres, mais l’intolérance est un trait de personnalité propre à l'être humain. J'accepte les autres tels qu'ils sont. J'ai eu des expériences malheureuses et amères au Koweït, en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis. Combien de fois mon prix a été révoqué parce que je m'appelle George ! On m'a refusé le prix parce que j'étais chrétien ! Mais de toute façon, je ne me soucie pas de ces questions. Mon père était le plus instruit de notre village. Après des années d'études, il est arrivé à la conclusion que Nahj al-Balaghah est le livre le plus important sur terre. Je me souviens qu'il m'a dit un jour : Mon fils ! Il te suffit de lire quatre ou cinq livres arabes, La Bible, les Psaumes et les hymnes de Sulaiman, et le Nahj al-Balaghah !  . Avec ma mère, nous assistions aux cérémonies de deuil d'Aba Abdullah Al-Hussein. Les cérémonies de l'Achoura se déroulaient toujours dans le village où je vivais, et c’est ainsi que l'amour pour Hussein s'est gravé dans ma poitrine. J'ai compris de l'Imam Hussein que la religion est amour et bonté. Mon attachement à l'Imam Hussein s'est formé parce que son comportement et ses actions étaient basés sur des principes humains élevés comme Jésus-Christ qui s'est sacrifié pour l'humanité. Il est de notre devoir de maintenir vivants les principes et les objectifs pour lesquels Hussein s'est soulevé et s'est sacrifié. J'ai trouvé en Hussein une figure révolutionnaire, un leader sans pareil et un héros sans pareil », poursuit-il.

«جرج زکی الحاج»؛ ادیب و اندیشمند مسیحی دلباخته امام حسین(ع)

Ensuite, je fais allusion aux conditions et à la politique qui gouverne le Liban. Quelque chose que j'ai toujours fortement évité dans ces conversations, et si nous les Iraniens, sommes les occupants de son pays. Il sourit et dit : « Oui ! Vous nous occupez vraiment, mais vous occupez nos cœurs ! »

Al-Hadj me parle aussi de la situation économique au Liban, qu’il qualifie de catastrophique et déplorable, et me cite les paroles du Commandeur des Croyants qui dit : « Si la pauvreté était un homme, je le tuerais »

Je lui présente également une collection des derniers livres de conseils publiés et l'invite à déjeuner au célèbre restaurant "Al-Saha", qui appartient à l'association caritative et à l'orphelinat de l’Allameh Fazlullah, et est situé au cœur du quartier chiite de "Dahia du Sud. Il accepte gracieusement mon invitation. Embarrassé par la panne de courant, je le fais descendre cinq étages dans l'obscurité totale ».

«جرج زکی الحاج»؛ ادیب و اندیشمند مسیحی دلباخته امام حسین(ع)

George, éminent poète et écrivain chrétien, est né dans le village d'Ayat (dans la région de la Bekaa au Liban). Il a grandi dans un contexte où le son des cloches des églises se mêlait à l'appel à la prière et a grandi dans une famille de poètes et d'écrivains. Il a fait ses études primaires dans le village où il est né, puis s'est rendu à Baalbek pour étudier. Il a fait ses études supérieures à l'Université de droit et de sciences politiques de l'Université du Liban, mais sa passion pour la poésie s'est reflétée dans la publication de poèmes dans certains magazines et journaux libanais. Cet amour pour la poésie l'a poussé à passer de la Faculté de droit à la Faculté des lettres et sciences humaines, où il a obtenu une maîtrise en langue et littérature arabes. Il termine ses études supérieures en France, à l'Université de Strasbourg où il obtient un doctorat de littérature critique, puis enseigne à l'Université du Liban.

«جرج زکی الحاج»؛ ادیب و اندیشمند مسیحی دلباخته امام حسین(ع)

Il a travaillé pendant de nombreuses années dans les médias et à l'université, est intervenu en tant qu'orateur dans plus de 30 conférences scientifiques au Liban et dans le monde arabe. Il a commencé à écrire en tant que professionnel il y a de nombreuses années, et a publié plus de 100 livres et recherches scientifiques dans les domaines de la critique littéraire, de la poésie, de la politique et des études sociales et culturelles. Il est membre de plus de 10 associations culturelles et éducatives et a reçu de nombreux prix et distinctions. George Zaki Al-Hadj a également écrit de nombreux ouvrages sur les Ahl al-Bayt (AS), dont les deux œuvres littéraires "Qasida Ali (AS)" et "Qasida Al-Hussein (AS) ou Ibn al-Karam" qui sont les plus célèbres.

4040614

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: