8:06 - May 16, 2022
Code de l'info: 3480703
Téhéran(IQNA)-Des centaines de personnes se rassemblent à New York pour marquer l'anniversaire du début de l'occupation et de l'agression du régime israélien, et aussi pour condamner le récent meurtre d'un célèbre journaliste palestinien.

Les participants ont crié "libérez la Palestine" et "Israël, vous ne pouvez pas vous cacher... vous commettez un génocide", alors qu'ils marquaient le jour de la Nakba (catastrophe). En 1948, l'occasion a vu le régime israélien revendiquer l'existence à la suite d'une guerre fortement soutenue par l'Occident contre les Palestiniens.
 
Ils ont également scandé "justice pour Shereen", en souvenir de Shereen Abu Akleh, qui a été brutalement assassinée alors qu'elle couvrait un raid militaire israélien sur le camp de réfugiés de Jénine dans la partie nord de la Cisjordanie occupée.
 
La journaliste palestinienne d'Al Jazeera, qui est devenue célèbre en couvrant la deuxième Intifada (soulèvement) palestinienne entre 2000 et 2005, accompagnait un groupe de journalistes locaux lorsqu'elle a été prise pour cible.

Commentant le meurtre de Shereen, un manifestant, qui participait au rassemblement de New York, a déclaré : « Tuer un Palestinien [pour eux], c'est comme tirer sur un oiseau.
 
"C'est une honte, et ce pays (les États-Unis) ne fait rien", a-t-il ajouté, faisant référence au soutien indéfectible de Washington à Tel-Aviv et à sa protection constante du régime d'occupation contre les réactions internationales.
 
"Je suis moi-même juif et j'ai le sentiment que c'est un devoir très fort et profond de critiquer le gouvernement israélien et de défendre les Palestiniens opprimés", a déclaré un autre.
 
Une manifestante a déclaré : « Shereen a été assassinée de sang-froid par un tireur d'élite [coup de feu] dans la tête, juste en dessous du casque qu'elle portait, alors qu'elle portait un « gilet de presse » parce qu'elle a toujours couvert la vérité sur ce qui se passe en Palestine, et Israël a voulu la faire taire."
 
« La liberté d'expression est tuée. Shereen Abu Akleh... nous la connaissions depuis des dizaines d'années. C'était une très bonne journaliste. Et elle n'était pas partiale. ", a noté un autre.
 
Plusieurs groupes indépendants ont lancé leurs propres enquêtes sur les atrocités, une équipe de recherche affirmant que ses premières découvertes avaient confirmé les récits fournis par des témoins palestiniens, qui ont déclaré qu'Abou Akleh avait été tué par des tirs israéliens, a rapporté l'Associated Press.
 
Bellingcat, un consortium international de chercheurs basé aux Pays-Bas, a publié une analyse des preuves vidéo et audio recueillies sur les réseaux sociaux. Le matériel provenait de sources militaires palestiniennes et israéliennes, et l'analyse a porté sur des facteurs tels que les horodatages, les emplacements des vidéos, les ombres et une analyse audio médico-légale des coups de feu.
 
Le groupe a découvert que si des hommes armés et des forces israéliennes étaient tous deux présents dans la zone, les preuves étayaient les témoignages selon lesquels des tirs israéliens avaient tué Abu Akleh.
 
"Sur la base de ce que nous avons pu examiner", les troupes israéliennes "étaient dans la position la plus proche et avaient la ligne de vue la plus dégagée vers Abu Akleh", a déclaré Giancarlo Fiorella, le chercheur principal de l'analyse.

PressTV

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: