Du rapport de force en faveur de la résistance, au transfert du modèle en Palestine

12:02 - August 16, 2022
Code de l'info: 3481705
Téhéran(IQNA)-Le Conseil suprême de la révolution culturelle de la République islamique d'Iran, à l'occasion de la victoire du Hezbollah libanais contre l'armée sioniste dans la guerre des 33 jours, a nommé le 14 août « Jour de la Résistance islamique ».

Le 14 août est le jour où, selon le guide suprême de la révolution, le Hezbollah a donné au monde arabe et à l'islam une nouvelle dignité. Le jour où le régime sioniste s'est effondré et où les germes de la résistance ont porté leurs fruits. L'importance de cette journée n'est pas militaire, mais réside dans la réalisation de la stratégie de l'imam Khomeiny et de l'ayatollah Khamenei, c’est à dire la résistance qui est la seule option pour résoudre le problème palestinien et au-delà, la solution de l’islam face à l'arrogance.

Après la défaite de l'armée sioniste face à la résistance en 2000, et le retrait des envahisseurs du sud du Liban, la guerre de juillet 2006, connue sous le nom de guerre des 33 jours, a commencé pour compenser les défaites du régime sioniste, et a provoqué la deuxième surprise du Hezbollah et l'échec du régime d'occupation.

آثاری از ویرانه‌های نبرد تموز در سرزمین‌های اشغالی

L'opération aérienne du régime sioniste contre le Liban, a été menée le matin du 13 juillet 2006 avec une coordination et une précision élevées, et un certain nombre de centres vitaux et de bases du Hezbollah libanais dans la banlieue sud de Beyrouth et un dépôt de munitions ont été pris pour cibles. Après cette opération, les sionistes estimaient qu'ils avaient gagné la guerre. Mais leur bonheur n'a pas duré longtemps et le Hezbollah libanais a ciblé les territoires occupés avec des missiles d'une portée de 40 kilomètres. Le premier jour, le Hezbollah a tiré 200 roquettes vers les territoires occupés. Dans la première semaine, l'armée israélienne, incapable de combattre le Hezbollah, voulut déclarer la fin de la guerre, mais les Américains ont insisté pour que le régime obtienne quelque chose et déclare ensuite un cessez-le-feu, donc la guerre a continué sur l'insistance des Américains, et finalement, trois semaines plus tard, les États-Unis se sont rendus et ont approuvé la résolution 1701 du Conseil de sécurité.

À la fin de cette guerre, un à un, les sionistes et les Américains ont avoué leur lourde défaite.

L'invincibilité de l'armée sioniste, l'autorité terrifiante de son aviation, la puissance de renseignement du Mossad, le soutien politique de l'Occident et des Arabes à Tel-Aviv contre le Hezbollah, se sont effondrés et une vague de méfiance a ébranlé le régime sioniste et la stabilité qui existait avant la guerre.

 Après la guerre, le Hezbollah libanais était très admiré par les nations, et la nation libanaise de 3 à 4 millions était au centre de l'attention de 300 millions d'Arabes et d'environ un milliard de musulmans, et leur chef spirituel, Seyed Hassan Nasrallah, Secrétaire général du Hezbollah, devint une des premières personnalités du Moyen-Orient arabe.

Aujourd'hui, 16 ans après la guerre des 33 jours entre le régime sioniste et le Hezbollah, l'impact des réalisations de la résistance libanaise et l'échec d'Israël dans cette guerre sont clairement visibles. 16 ans se sont écoulés depuis la deuxième défaite majeure de l’armée sioniste contre la résistance libanaise, et les sionistes sont toujours confrontés aux défis et aux conséquences de cette défaite.

Les réalisations du Hezbollah ne se sont pas seulement limitées à cette époque.  Depuis, l'armée israélienne n'a plus trouvé le courage d'entrer en conflit avec la résistance libanaise. Les missiles de précision du Hezbollah sont le plus grand cauchemar de Tel-Aviv depuis la guerre des 33 jours, et récemment, les drones et les systèmes avancés du Hezbollah ont été ajoutés aux préoccupations d'Israël.

Le Hezbollah après cette guerre, a changé l'équilibre des forces dans la région, en faveur de l'axe de la résistance, et malgré les menaces creuses des autorités israéliennes de déclencher une troisième guerre avec le Hezbollah, rien jusqu’ici ne s'est produit.

بازگشت آرامش به لبنان به همت نیرو‌های حزب‌الله

Après l'opération de drones de la résistance libanaise dans la zone maritime contestée avec la Palestine occupée, les sionistes ont déclaré qu'il valait mieux résoudre le différend frontalier avec le Liban, pacifiquement et par des négociations, et ne pas recourir à l'option militaire.

À cet égard, le Centre israélien de recherche sur la sécurité intérieure a annoncé que Tel-Aviv évitait toute guerre avec ce parti, à cause de son incapacité à répondre aux opérations de drone du Hezbollah. La récente guerre à Gaza et la victoire de la résistance palestinienne dans la bataille « Epée de Qods » contre l'ennemi sioniste, peuvent également être considérées comme le dernier résultat de la défaite des sionistes contre le Hezbollah en 2006. Tout comme leur récente invasion de Gaza et leur confrontation avec le mouvement du Jihad islamique, qui de leur propre aveu, ont été stoppées très tôt et seulement après trois jours, en raison de l'inquiétude d'une éventuelle attaque contre des installations d'exploration gazière en Méditerranée.

4078115

Prénom:
Email:
* Commentaire:
captcha