12:24 - April 15, 2011
Code de l'info: 2105533
Téhéran(IQNA)- Les meilleures traductions coraniques sont celles de gens formés à la jurisprudence islamique et aux règles religieuses.
Farouch Safizadeh, docteur en langue et littérature persanes à l'université de Téhéran et possédant un doctorat de philosophie et de langues anciennes acquis dans une université en Inde, a déclaré dans un entretien avec l'Agence iranienne de presse coranique, que la connaissance des langues ne suffisait pas dans la traduction coranique, même s'il s'agit d'une condition importante, et qu'il fallait que le traducteur possède certaines connaissances dont la science du commentaire, des règles islamique et de la jurisprudence.
"Les meilleures traductions coraniques sont celles de gens formés à la jurisprudence islamique et aux règles religieuses. Il est aussi nécessaire que le traducteur ait des notions en sociologie, en psychologie et en Histoire de l'islam qui sont des sujets abordés dans le Coran", a-t-il dit.
Farouch Safizadeh qui possède aussi un doctorat spécialisé dans l'Histoire des religions et l'iranologie, a ajouté que certains traducteurs se sont lancés dans ce travail sans avoir les connaissances nécessaires et que cela n'a pas donné de bons résultats.
"Certains ont traduit le Coran à partie d'une traduction, multipliant les faiblesses du texte, tenant compte du fait que la traduction du Coran éloigne inévitablement le texte traduit des sens initiaux présentés dans le Coran. Le traducteur non seulement doit bien connaitre l'arabe, mais aussi l'arabe de l'époque du Prophète (AS) et les différentes techniques stylistiques de cette langue. Jusqu'à présent, aucun traducteur coranique ne s'est déclaré totalement satisfait de sa traduction. La traduction de Baha-o-din Khoramshahi a été corrigée 46 fois avant ses republications sans qu'il se déclare satisfait de la traduction.
Il est nécessaire que de nouvelles traductions, trois ou quatre par an, soient faites par des gens qui ont des points de vue et des spécialités différentes pour nous rapprocher davantage des sens cachés du Coran. La copie est inacceptable du point de vue moral et nuit à la qualité du travail, mais les comparaisons sont fructueuses après la traduction pour corriger les faiblesses éventuelles", a déclaré Farouch Safizadeh qui a publié environ 300 livres sur l'Iran et des sujets religieux, et qui est le rédacteur en chef des revues spécialisées "Mehr va Nahid" et "Fekr va nazar", responsable du Centre culturel artistique et littéraire "Djam" et responsable au centre de recherche et de publication des œuvres d'iranologie.
773182
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: