8:41 - April 13, 2019
Code de l'info: 3469174
L’arbitre koweïtienne du lahn (mélodie) de la 3e compétition internationale du Saint Coran des dames qui évoquait la participation de deux dames non voyantes à cette compétition, a propose d’organiser un concours séparé en cette catégorie.

Badriya Hadji al Abdoli a indiqué : « La participation des non voyants à ces compétitions coraniques est un événement heureux, mais les non voyants doivent avoir leur propre concours pour être juger indépendamment et pour établir la justice. »

Lors d’un entretien avec IQNA, cette arbitre koweïtienne de la mélodie a souligné qu’elle participe pour la première fois comme arbitre à un concours international, ajoutant qu’elle a déjà jugé les compétitions coraniques nationales de son pays.

Qualifiant les compétitions coraniques iraniennes d’un bon niveau, elle s’est dit étonnée par les performences des concurrentes et par la manière dont ces compétitions sont organisées.

Interrogée sur les différences des jurys des compétitions coraniques en Iran et au Koweït, elle dit : « Il existe beaucoup de différences. En Iran les jurys sont très spécialisés, divisés en différentes disciplines dont sowt, mélodie, interruption (waqf) et début (ibtida) alors que ce n’est pas le cas au Koweït. »

Faisant allusion à la participation de deux dames non voyantes aux compétitions, elle a qualifié l’événement de méritable, ce qui manifeste l’attention spéciale accordée aux non voyants dans la société.

Elle a ajouté : « Les aveugles ne voient pas, mais ils entendent très bien. Pour la lecture du Coran, et pour participer à un concours coranique, nous avons besoin d’intelligence et de l'ouïe. Même si on est aveugle, on peut bénéficier du braille. »

« La participation des non-voyants au concours coranique est une belle occasion, mais il faut un concours indépendant pour eux pour leur permettre de bénéficier des conditions équitables », a-t-elle conclu.

3802861

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: