11:24 - April 13, 2019
Code de l'info: 3469184
Sayed Nour-al-Hagh, représentant de l'Inde aux quatrièmes compétitions coraniques d’Iran, réservées aux aveugles, a déclaré : « J’ai commencé la mémorisation coranique à l’âge de 10 ans après le petit pèlerinage à la Mecque, et je l’ai terminée en trois ans. »
Dans un entretien avec l’Agence iranienne de presse coranique (IQNA), sur la manière de mémoriser le Coran et son amour pour ce livre sacré, il a indiqué : « C’est la première fois que je viens en Iran et que je participe à des compétitions internationales. Tous les soirs, sur les conseils de mon père, je lisais trois parties du Coran avant de dormir. Je suis actuellement enseignant du Coran et j'ai beaucoup d'étudiants qui sont tous voyants, mais cela ne pose aucun problème. Certains d'entre eux, ont réussi à mémoriser tout le Coran. Je suis très sévère dans l'enseignement du Coran et ne permets à mes élèves la moindre erreur. »
 
Il a souligné : « À Bangalore, le nombre de personnes qui étudient le Coran est faible et l'attention à l'éducation occidentale a malheureusement augmenté, en raison du climat dominant dans la société indienne et du manque d'activités attrayantes pour les adolescents et les jeunes musulmans.  Il y a quand même de nombreuses écoles islamiques en Inde, dont les diplômés connaissent bien les sciences islamiques et le Coran, et utilisent les enseignements coraniques dans leur vie quotidienne. Les deux nations de l’Iran et de l’Inde appartiennent à la race aryenne. »
خواندن قرآن، لذت‌بخش‌ترین سرگرمی من است
 
Sayed Nour-al-Hagh a ajouté : « De nombreux marchands, scientifiques et artistes iraniens ont émigré en Inde, et ont eu une grande influence sur le mode de gouvernance ainsi que sur la diffusion de l'islam et de la culture islamo-iranienne dans le pays. La langue persane a été enseignée pendant des siècles dans les écoles indiennes, ainsi que la littérature persane. »
 
« Les poèmes de Hafez et de Saadi ont été pendant des siècles, les livres les plus populaires du sous-continent indien, et mon grand-père connaissait également le persan. J'espère apprendre le persan et le parler la prochaine fois que je viendrai en Iran », a-t-il conclu.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: