11:43 - November 30, 2019
Code de l'info: 3471246
L’association des ulémas libanais a publié une déclaration dans laquelle elle réaffirmait son opposition aux ingérence étrangère dans les affaires intérieures.
Selon l'agence de presse officielle syrienne « Sana », le 28 novembre 2019, le Conseil exécutif de l’Association des ulémas du Liban a publié une déclaration à l'issue de sa réunion hebdomadaire, sur le contrôle des ingérences étrangères dans les affaires libanaises.  
 
La déclaration souligne que des signes montrent clairement que certains cherchent à obtenir le consentement des États-Unis pour former un gouvernement au Liban qui réponde aux intentions de Washington et viole la souveraineté du Liban. 
 
« Ces questions relèvent de la compétence du gouvernement libanais et la préservation de la souveraineté et de notre dignité exige que nous rejetions les dictats américains. Un État-nation souverain est nécessaire pour rejeter les diktats des États-Unis, qui inclue les forces politiques en particulier celles de la résistance. Il est nécessaire de former un gouvernement capable de punir les casseurs et les biens pillés, et de formuler les cadres d’une économie saine », précise ce message.
 
La faction de la résistance au parlement libanais, affiliée au Hezbollah, a souligné la nécessité de la création d’un gouvernement responsable des affaires libanaises sous la direction de Saad Hariri, et déclaré que le nouveau gouvernement devra assumer ses responsabilités à l’égard des citoyens suite à la crise, en particulier la hausse des prix et la dévaluation de la monnaie nationale, deux questions qui nécessitent des mesures urgentes et dissuasives pour contrôler les prix et répondre aux besoins du marché, et prendre des mesures pour assurer la sécurité et la protection des droits des citoyens.
 
Le correspondant libanais d'Al-Alam a rapporté que des centaines de manifestants libanais s’étaient rassemblés devant le département d'Etat à Beyrouth et avaient condamné les ingérences américaine et d'autres pays occidentaux dans les affaires intérieures du Liban.
 
Un autre rassemblement de protestation a eu lieu devant la Banque centrale de Beyrouth, où des manifestants ont réclamé le procès du chef de la banque centrale, Riyadh Salama, pour espionnage au service des États-Unis et gaspillage des fonds publics.
Prénom:
Email:
* Commentaire: