8:35 - January 04, 2020
Code de l'info: 3471581
Le président syrien a présenté ses condoléances au Leader de la Révolution islamique à l’occasion de la mort en martyr du général Qassem Soleimani, commandant de la Force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique.
« Nous avons appris avec une grande tristesse la nouvelle sur la mort en martyr d’un astre du commandement de la Résistance, le général Qassem Soleimani. Le martyr Soleimani restera à jamais dans la mémoire collective du peuple syrien.
 
Notre peuple n’oubliera jamais que le général Soleimani resta aux côtés de l’armée syrienne pour protéger la Syrie face au terrorisme »; « Soleimani a passé sa vie à servir sa patrie et l’axe de la Résistance », a rappelé le président syrien, ajoutant : « Nous sommes sûrs et certains que ce crime renforcera la volonté de l’axe de la Résistance pour faire face aux politiques destructrices des États-Unis ».
 
Dans ce cadre, le président du parlement libanais, Nabih Berri, a dit que l'ancien commandant de la Force Qods, le général Qassem Soleimani, était le fils bien-aimé de la Révolution islamique. Il a également présenté ses condoléances au peuple et aux responsables iraniens.
 
Dans des messages séparés adressés au Leader de la Révolution islamique, au président Rohani et au président du Parlement iranien, il a souligné: « Le général Soleimani était le grand commandant en chef de la Résistance contre le régime israélien. »
 
Pour sa part, le porte-parole du président turc, Ibrahim Kalin, a appelé aujourd'hui l'Iran et les États-Unis à la retenue.
 
Kalin a également déclaré que « la Turquie continuera à utiliser la voie diplomatique pour ramener la paix dans la région et dans le monde ».
 
De même, évoquant l'assassinat du général Soleimani, l’Égypte a également appelé au contrôle de la situation et à la prévention d'une escalade des tensions entre les deux parties.
 
Ce vendredi, Anwar Gargash, secrétaire d'État aux Affaires étrangères des Émirats arabes unis, sans se prononcer sur l’acte criminel des États-Unis a souligné la nécessité de s'appuyer sur des solutions politiques et de réduire les tensions.
 
Ainsi le ministère indien des Affaires étrangères en publiant un communiqué a déclaré : « Nous avons découvert qu'un haut commandant iranien avait été assassiné par les États-Unis, ce qui a fait monter les tensions dans la région. » « Il est important que la situation ne dégénère pas davantage», a-t-il également ajouté.
presstv
Prénom:
Email:
* Commentaire: