8:29 - January 07, 2020
Code de l'info: 3471624
Les participants à une rencontre organisée lundi, à la maison de la culture Mohamed Laid Al Khalifa de Batna sur "La calligraphie ottomane : fondements et perspectives" ont souligné "l'importance de faire revivre ce type de dessin ou l’écriture utilisée pour la transcription du Saint Coran à l'époque du troisième Calife de l’islam, Athmane Ibn Affane".
Lors de cette journée d'étude organisée par la Direction locale des affaires religieuses et des wakfs, les participants ont mis l'accent sur "la nécessité d'enseigner cette écriture dans les instituts religieux, les écoles coraniques et durant les sessions de formation organisées au profit des imams et des enseignants du Coran".
 
Ils ont également fait état de la nécessité d’enseigner aux élèves des écoles coraniques l'écriture du Saint Coran avec la calligraphie ottoman lorsqu'ils entament son apprentissage afin de s'y habituer, lire et réciter correctement toutes ses lettres."
 
Les participants ont suggéré, en outre, que la Direction des affaires religieuses organise des sessions intensives pour les enseignants du Coran afin de leur permettre d’apprendre cette écriture et organiser des concours à ce sujet lors d'événements religieux pour la faire revivre et la préserver.
 
La rencontre vise, selon Madani Boucetta, directeur des affaires religieuses et des wakfs de la wilaya, à faire connaitre cette écriture, utilisée depuis de nombreux siècles, et rappeler son importance aux enseignants et aux apprenants du Saint Coran.
 
De son côté, Djamel Hadjira, imam de la mosquée Chaâba, dans la commune d’Ouled Si Slimane, a estimé que ce sujet est "d'une grande importance en raison du faible recours actuellement à la calligraphie ottomane dans les écoles et les instituts spécialisés, n'étant plus utilisée que pour la transcription du Saint Coran."
 
La même source a souligné, en ce sens, que l'expérience du terrain a révélé que certains apprenants du Coran ont connu des difficultés dans la prononciation correcte de certains mots parce qu'ils ne maitrisent pas cette écriture.
 
Organisée pour la première fois à Batna, cette rencontre a vu la présence d’un grand nombre d'imams et d’enseignants du Coran ainsi que des étudiants en sciences islamiques.
aps.dz
Prénom:
Email:
* Commentaire: