12:28 - February 11, 2020
Code de l'info: 3471957
Le 41ème anniversaire de la victoire de la Révolution islamique ce 11 février coïncide avec le 40 ème jour de la mort en martyr du haut commandant iranien Qassem Soleimani, assassiné le 3 janvier à l'aéroport de Bagdad, loin des champs de batailles et presque en catimini par une Amérique qui se dit être la "première puissance militaire" du monde. Or cette "coïncidence" n'a rien du hasard.

Soleimani a été et reste à jamais l'incarnation la plus fidèle de l'essence d'une révolution qui depuis son premier jour à savoir le 11 février 1979 n'a cessé de défier les fondements mêmes des puissances hégémoniques : Soleimani a été de loin le visage d'une pensée "transcendante" qui ne tolère guère que les peuples du Moyen-Orient soient asservis, que leurs richesses soient dilapidées, et que leur destin se décide ailleurs que dans leurs capitales respectives.
 
A cette pensée, Soleimani a donné corps en rassemblant sous le drapeau de la "Résistance" tous les courants, toutes les tendances, de toutes confessions confondues, animées par un idéal, celui d'un Moyen -Orient libre, prospère et affranchi des siècles d’ingérences impériales, un Moyen-Orient où la Palestine a un nom, une identité, où le Liban pourrait disposer de ses richesses, où l'Irak n'aurait plus à rendre des comptes à l'Occupant, où le grand Yémen pourrait se défendre ...En assassinant Qassem Soileimani, c'est ce Moyen- Orient que l'Amérique a tenté d'assassiner.. mais en vain.
 
Depuis le 3 janvier, l'axe de la Résistance ne cesse de surprendre l'adversaire. En Syrie, l'armée à quelques pâtées d'Idlib tandis que le camp d'en face se démène sans trop savoir quoi faire. Au Yémen, Ansarallah est sur le point de contrôler, le cœur stratégique de l'ennemi, Maarib alors que ses victoires à Al Jawf ont étendu les frontières yéménites avec l'Arabie des Salmane, quitte à élargir le champ de l'action des missiles d'Ansarallah. Et Israël? Le sang de Soleimani a été versé pour que l'Amérique puisse appliquer son Deal du siècle disait un général sioniste. Mais quelle grossière erreur! Depuis l'annonce du Deal US, Israël perdu le seul carré "tranquille" qui lui restait : le front intérieur . Encerclé depuis le Sud et le Nord, son soi-disant armée fait face à un front cisjordanien qui s'embrase de jour en jour ... 
 

Ce 11 février de 2020, des millions d'Iraniens brandissent le portrait du commandant en chef de l'axe de la Résistance dans les rues des villes iraniennes aux côtés des drapeaux de l'Iran, de la Palestine,  du Hezbollah, des Hachd, d'Ansarallah et ... Sur leur trajet, sont exposés des armements qui font la force de l'axe de la Résistance : le missiles Fajir 5, Yassin, Balaban...
 
A Téhéran, les manifestants passent aussi ce mercredi devant des "cercueils des GI's, déposés en rangées au sol. Ce sont des GI's  qui devront payer de leur sang, le crime commis le 3 janvier à Bagdad, si leur hiérarchie s'obstine à les maintenir sur place, dans des bases militaires qui ne sont plus à l'abri des missiles de la Résistance. D'ailleurs les GI's en ont fait une première expérience le 8 janvier quand les missiles iraniens ont pris pour cible la base US en Irak. Mais l'expérience de la mort  aura été moins douloureuse que celle d'être commandée par une hiérarchie militaire qui cache la mort de ses soldats pour justifier ses erreurs de calcules, ses projets dangereux et stériles. 
 
Prénom:
Email:
* Commentaire: