11:10 - March 01, 2020
Code de l'info: 3472137
Téhéran(IQNA)-La Turquie et le Kurdistan irakien ont des relations économiques très larges et même pendant le référendum sur l'indépendance du Kurdistan, la Turquie malgré ses déclarations, n’a pas fermé ses frontières. En fait, Le Kurdistan irakien pour la Turquie, est une porte d'entrée vers les régions arabes d'Irak.
Les récentes mesures prises par la Turquie dans la région du Kurdistan irakien, qui entretient des relations étroites avec le Parti démocratique du Kurdistan, ont été au centre des analyses politiques ces dernières semaines. 
 
D'un autre côté, la position stratégique de la région et les développements politiques en Irak, ont ​​fait du Kurdistan irakien un acteur important sur la scène politique et pour les parties étrangères présentes dans le pays, chacune essayant de renforcer ses relations avec le Kurdistan irakien.
 
La Turquie, un des principaux acteurs du Moyen-Orient, a tenté d'élargir ses relations avec la région kurde. Cela est très important pour la Turquie qui était en conflit avec les groupes séparatistes kurdes dans le sud. 
 
L’Agence iranienne de presse coranique (Iqna) a eu un entretien avec Ardeshir Pashang, expert des relations internationales, du Moyen-Orient et d'Irak, sur la récente présence de la Turquie dans la région du Kurdistan irakien, qui a déclaré :
« La Turquie est présente depuis longtemps au Kurdistan irakien. La Turquie dans le cadre des accords signés avec Saddam Hussein, et sous prétexte de poursuivre les membres du PKK, organisait régulièrement des frappes aériennes et a créé des bases militaires dans le nord de l'Irak à partir de 1990. 
اقلیم کردستان برای ترکیه دروازه ورود به مناطق عربی عراق است
Compte tenu de l'importance des Kurdes pour la Turquie, ce pays dans ses relations avec l’Irak, a toujours cherché à assurer ses intérêts dans la région nord de l'Irak. La Turquie a également des relations avec les islamistes kurdes, mais ces relations n'ont pas été significatives en raison de la faiblesse des partis kurdes islamiques au Kurdistan irakien. La Turquie et le Kurdistan ont des relations multilatérales. 
 
Les relations économiques sont importantes et pendant le référendum sur l'indépendance du Kurdistan, la Turquie malgré ses déclarations, n’a jamais fermé ses frontières avec le Kurdistan irakien. Le Kurdistan irakien est en fait pour la Turquie, une porte d'entrée vers l'Irak et ses régions arabes, et un marché important et en pleine croissance.
 
 La présence de près d'un millier d'entreprises turques dans les villes d'Arbil, Dahuk et Sulaymānīyah, montre l'importance de cette question. La Turquie, d'autre part, a cherché à étendre ses relations sécuritaires et politiques avec la région kurde, dans le cadre de sa politique et de ses opérations contre le PKK. La question de l'énergie est également très importante. Les oléoducs en provenance du Kurdistan sont connectés à la Turquie, et le pays joue le rôle de "plaque tournante énergétique" pour la région du Kurdistan. Les deux parties entretiennent de bonnes relations dans le domaine de la vente d'énergie, qui ne sont pas très médiatisées. 
 
Massoud Barzani, chef du Parti démocratique du Kurdistan irakien, a une vision occidentale du modèle de démocratie et de bureaucratie. Un autre problème est que l'Irak est le lieu d'influence de différents pays. Bien que la région du Kurdistan irakien ne considérait pas les États-Unis comme un allié lors du référendum de 2017, elle considère la présence américaine comme nécessaire pour sauvegarder ses intérêts, espérant qu’elle empêchera les autres groupes irakiens de s'unir aux pays de la région et le renforcement d’un pouvoir central qui affaiblirait les Kurdes. 
 
Un autre problème est que la menace de Daesh n'a pas encore été complètement éliminée, et les Américains ont une bonne excuse pour les Kurdes. Les Américains, en échange, donnent aux Kurdes une assistance militaire, financière, politique et administrative vitale. Les Kurdes tentent d'avoir des relations plus étroites avec les États-Unis, dans le cadre de leurs intérêts stratégiques. Les relations entre Arbil et Bagdad sont très complexes. 
 
La présence américaine pourrait les équilibrer. Les problèmes entre les deux parties seront difficiles à résoudre si les États-Unis se retirent - ce que je trouve peu probable à moyen terme. La présence américaine depuis 1998, a contribué à l’unité des Kurdes irakiens. Le retrait des Américains d'Irak ne serait pas bien accueilli par les Kurdes, les Arabes sunnites et d'autres groupes laïcs, et compliquerait les choses. 
 
En fait, toute puissance étrangère qui quitterait l’Irak ouvrirait le terrain à d’autres groupes qui chercheront à défendre leurs intérêts. Les Kurdes savent qu’en cas de retrait des Etats-Unis, ils auront un rôle important à jouer. Les Kurdes ont une structure militaire et bureaucratique importante, ont un développement supérieur aux autres régions d'Irak et ne dépendent pas de la présence ou de l'absence des forces américaines. Les relations entre l'Iran et le Kurdistan irakien ont toujours été positives. Ce n'est que lors du référendum que les relations entre les deux parties, se sont tendues. 
 
Après le référendum et le rétablissement du pouvoir du gouvernement irakien sur les zones litigieuses comme Kirkuk, les deux parties ont cherché à rétablir leurs relations. Dans le domaine économique, les relations se développent également et l'engagement de Téhéran avec les groupes kurdes, en particulier le Parti démocratique du Kurdistan, est en essor depuis deux ans. Ils savent tous les deux, que l'autre partie est une réalité indéniable. 
 
Les Kurdes considèrent l'Iran comme un voisin puissant et l'Iran considère les Kurdes comme un acteur important et incontournable en Irak. Par exemple, maintenant que l'Iran est face à des sanctions paralysantes, le Kurdistan peut être une base économique pour les Iraniens, comme c’était le cas dans le passé. D'un autre côté, la sécurité dans la région kurde, dépend de la sécurité des frontières de l'Iran et de ses régions occidentales. 
 
L'Iran quant à lui, craint qu’un manque d’attention à cette région, la pousserait à se tourner vers d'autres pays comme la Turquie, les États-Unis et l'Arabie saoudite, tant sur le plan sécuritaire que sur le plan politique et économique. Pour cette raison, l’Iran malgré ses inquiétudes au sujet du Kurdistan irakien, cherche à développer ses relations avec cette région. 
 
Comme au cours des trois dernières décennies depuis 1991, le Kurdistan restera une île de stabilité pour l'Irak. Cette région connait moins de corruption et a le taux de développement le plus élevé parmi les régions irakiennes. Les conditions de vie au Kurdistan, sont élevées et la pauvreté est plus faible que dans les autres régions irakiennes. La stabilité politique au Kurdistan irakien, est à un niveau approprié malgré des relations parfois difficiles entre les partis qui peuvent nuire à cette stabilité. 
 
Le référendum de 2017 et l’opposition régionale et mondiale à ce référendum ont poussé les Kurdes à essayer de défendre leurs intérêts de manière moins coûteuse. L'avenir du Kurdistan irakien et les efforts des partis actuels de la région pour consolider et rétablir les relations antérieures, semblent prédire un avenir avec relativement moins de problèmes et des perspectives plus brillantes que dans d'autres régions d'Irak ».
Prénom:
Email:
* Commentaire: