9:57 - April 20, 2020
Code de l'info: 3472598
Téhéran(IQNA)-Le groupe, composé principalement de femmes et d’enfants, s’est rendu dans la baie du Bengale à bord d’un grand chalutier à la mi-février, a déclaré à CNN le porte-parole des garde-côtes du Bangladesh, Hamidul Islam. Ils ont essayé de rejoindre la Malaisie mais ont été refoulés, a-t-il dit. Le sauvetage a eu lieu mercredi ou jeudi.
Au moins 32 personnes sont mortes et leurs corps ont été jetés à la mer, a déclaré Islam, citant les déclarations des réfugiés secourus. « Les décès sont dus à plusieurs causes. Certains sont morts par manque de nourriture tandis que d’autres sont dus à diverses maladies », a-t-il déclaré.
 
Alors que le bateau atteignait la côte malaisienne, il a été refoulé par les autorités du pays, a déclaré Islam. Le chalutier surpeuplé s’est ensuite rendu au Myanmar et a tenté d’y entrer deux fois, mais la marine du Myanmar lui a refusé l’entrée, selon l’Islam.
 
Vendredi, la garde côtière malaisienne n’a pas encore répondu à la demande de commentaires de CNN.
 
CNN a également contacté vendredi le ministère des Affaires étrangères du Myanmar et son ambassade à Dacca, la capitale du Bangladesh, mais n’a pas reçu de réponse.
 
Les autorités du Bangladesh ont trouvé le chalutier dans les eaux territoriales du pays mercredi soir – après avoir passé 58 jours à la dérive en mer – au large de la côte sud du district de Cox’s Bazar.
 
Le porte-parole a déclaré que les réfugiés secourus, dont la plupart étaient affamés et déshydratés, avaient été remis à l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés pour être mis en quarantaine pendant 14 jours en raison de problèmes de coronavirus.
 
« Nous comprenons que ces hommes, femmes et enfants ont été en mer pendant près de deux mois dans des conditions atroces et que beaucoup d’entre eux sont extrêmement mal nourris et déshydratés », a déclaré un responsable de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés au Bangladesh dans un communiqué.
 
Il a ajouté que les réfugiés ont débarqué mercredi d’un bateau en détresse près de Teknaf, près de la frontière avec le Myanmar.
 
« Nous avons dépêché du personnel sur le site jeudi et nous recherchons des informations complémentaires auprès des autorités locales. Notre principale préoccupation concerne les besoins immédiats des populations en matière de santé et de premiers secours. Les ONG et les partenaires sur le terrain ont fourni de la nourriture et d’autres soutiens du jour au lendemain », poursuit le communiqué.
 
Début avril, le Bangladesh a imposé des restrictions de verrouillage dans le district de Cox’s Bazar, qui abrite des camps de réfugiés abritant environ 1 million de réfugiés rohingyas, dans le but d’empêcher la propagation du coronavirus.
 
Au 17 avril, le Bangladesh comptait 2144 cas de Covid-19 avec 84 décès, selon l’Université Johns Hopkins.
 
Human Rights Watch a exhorté la Malaisie à autoriser les réfugiés rohingyas à terre tout en mettant en place des systèmes pour empêcher la propagation du coronavirus.
 
« La pandémie de Covid-19 n’a fait qu’intensifier la misère des Rohingyas confinés au Myanmar et dans des camps au Bangladesh », a déclaré Phil Robertson, directeur adjoint de l’Asie à Human Rights Watch.
 
« Le gouvernement malaisien peut à la fois se protéger contre la propagation du virus et garantir que ceux qui risquent leur vie en mer soient sauvés et aient la possibilité de demander l’asile. »
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: