10:51 - July 01, 2020
Code de l'info: 3473322
Téhéran(IQNA)-La Commission islamique des droits de l'homme de Londres a salué la décision de la Cour fédérale suprême du Nigéria qui a condamné le meurtre de chiites dans la capitale l'année dernière et imposé l’indemnisation des familles des quatre chiites abattus par la police à Abuja, alors qu’ils manifestaient contre la poursuite de la détention du cheikh Zakzaky.
Suleyman Shahu, Mehdi Musa, Billiamino Abu Bakr Faska et Askari Hassan ont été tués le 22 juillet 2019 lors d'une marche pour la libération du cheikh Zakzaky et de son épouse.
 
Le juge Tayo Tayo a ordonné à la police de verser l’équivalent de 13000 dollars aux familles des victimes et a ordonné à l'hôpital national d'Abuja de remettre immédiatement les corps des victimes à leur famille.
 
Cette décision est une victoire symbolique et significative pour le Mouvement islamique nigérian, car elle disculpe le mouvement accusé d’être un mouvement terroriste, et confirme de façon officielle, que les victimes ont été tuées illégalement. Bien que le verdict ne cherche pas à blâmer la police, il montre que la police a fait preuve d’une violence excessive et illégale.
 
Un autre cas impliquant quatre partisans chiites du Cheikh Zakzaky, arrêtés par la police et décédés en prison, sera entendu le 4 juillet 2020.
 
Le cheikh Zakzaky, chef du Mouvement islamique chiite au Nigeria, et son épouse ont été arrêtés en 2015, lors d’une attaque où plus d'un millier de leurs partisans ont été tués par les forces armées nigérianes, dans la ville de Zaria, et sont toujours emprisonnés, malgré une décision de justice qui a prouvé leur innocence.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: