10:43 - July 14, 2020
Code de l'info: 3473468
Téhéran(IQNA)-L’hijab dans la société algérienne, comme d'autres sociétés islamiques, a des racines profondes dans les coutumes, les traditions et la culture populaire, et varie selon les lieux et leurs coutumes.
99% des habitants de ce pays sont musulmans et suivent la religion malikite, et une petite minorité suit la religion chiite.
 
Le soufisme a des racines historiques en Algérie, et les habitants de ce pays, en plus des mosquées qui sont les principaux lieux de culte, ont d'autres lieux de culte appelés Ḵānqāh qui abritaient les spécialistes et savants religieux musulmans et ont été ensuite réservés aux soufis. Certains disent qu'il y aurait environ 200 Kānqāh à Alger.
 
Avec le développement des relations entre les sociétés islamiques et les sociétés occidentales, et la présence des Algériens dans le commerce, l'éducation, les loisirs et le tourisme des sociétés occidentales, des changements culturels ont progressivement fait jour. L'occupation française de l'Algérie en 1830 et la domination coloniale de 130 ans sur l'Algérie, et la lutte des forces d'occupation contre les valeurs nationales et islamiques afin d'intégrer le peuple musulman algérien dans la culture occidentale et de détruire son identité religieuse, ont conduit à une intensification du dévoilement des femmes en Algérie.  
 
Cependant, la présence de femmes avec l’hijab et des tchadors dans la révolution algérienne, a attiré l'attention des écrivains et analystes de cette révolution. 
روایت تاریخی حجاب در الجزایر/ زنانی که بد حجابی نمی‌شناسند + عکس
Bien sûr, en plus de l’hijab des femmes, les colonialistes français ont également changé l’écriture et la langue des Algériens en général, de sorte qu'aujourd'hui nous voyons des citoyens algériens de plus de cinquante ans et même certains de leurs enfants qui ne parlent pas du tout l'arabe. 
روایت تاریخی حجاب در الجزایر/ زنانی که بد حجابی نمی‌شناسند + عکس
Après la victoire de la révolution algérienne contre les colonialistes français et la libération de ce pays musulman de la domination française, les gouvernements postrévolutionnaires étaient en majorité laïcs et ont fait peu d'efforts pour faire revivre les valeurs religieuses. 
روایت تاریخی حجاب در الجزایر/ زنانی که بد حجابی نمی‌شناسند + عکس
Le gouvernement algérien n'a pas de position sur l’hijab. Les femmes ont le droit de choisir si elles portent l’hijab ou non mais la plupart d'entre elles portent l’hijab volontairement. Il existe plusieurs types d’hijab islamique en Algérie. L’Hijab coutumier est une robe qui recouvre complètement toutes les parties du corps sauf le visage et les mains, mais peut être serrée et inclure des pantalons, des vestes, des écharpes ou des voiles de différentes couleurs. Ce type de vêtement serré qui est très populaire, n'est pas considéré comme un hijab religieux par les religieux traditionnels de ce pays.
روایت تاریخی حجاب در الجزایر/ زنانی که بد حجابی نمی‌شناسند + عکس
L’hijab courant dans certaines familles religieuses, comprend des tuniques larges, des pantalons et des maghneh (voile court jusqu’à la ceinture) de couleurs sombres. Ce type d’hijab est utilisé dans les groupes religieux traditionnels, chez les salafistes et les wahhabites, et comprend le tchador, le pantalon, le maghneh, le niqab ou le voile intégral.
روایت تاریخی حجاب در الجزایر/ زنانی که بد حجابی نمی‌شناسند + عکس
 
روایت تاریخی حجاب در الجزایر/ زنانی که بد حجابی نمی‌شناسند + عکس
 
روایت تاریخی حجاب در الجزایر/ زنانی که بد حجابی نمی‌شناسند + عکس
Le Jilbab est un tchador à manches longues porté par les femmes algériennes, de couleur noire, marron ou bleue marine, peu répandu dans la société algérienne.
روایت تاریخی حجاب در الجزایر/ زنانی که بد حجابی نمی‌شناسند + عکس
 
روایت تاریخی حجاب در الجزایر/ زنانی که بد حجابی نمی‌شناسند + عکس
Dans le passé, dans la capitale algérienne, les femmes portaient une robe blanche et un voile blanc appelée « Hayek », et les adeptes de l’école ibadite portaient des foulards noirs. Les nomades comme les nomades iraniens, ont des vêtements traditionnels spéciaux aux couleurs variées et belles, un peu moins strictes que l’hijab religieux complet.
روایت تاریخی حجاب در الجزایر/ زنانی که بد حجابی نمی‌شناسند + عکس
Dans les villes moyennes, les petites villes et les villages, l'adhésion au hijab est plus importante. L’hijab est moins présent à Alger, la capitale de l'Algérie. Cependant, on peut dire que le taux d'adhésion des femmes au hijab (coutumier et religieux) dans la capitale, est de 70% ou plus.
 
Dans une seule rue de la capitale appelée "Shari Didosh Morad", qui est un centre de vente de vêtements pour femmes, les femmes avec l’hijab sont minoritaires mais dans les autres quartiers de la capitale, l’hijab est très répandu. 
 
Dans les bureaux, les entreprises, les restaurants et les cabinets de médecins, la plupart des jeunes filles et des femmes portent l’hijab sans aucune obligation. Les comportements sont différents parfois parmi les membres d'une même famille, et il est très fréquent qu'une mère marche avec ses deux filles, une avec un voile et une sans voile, ou une mère sans voile et ses filles avec un voile.
روایت تاریخی حجاب در الجزایر/ زنانی که بد حجابی نمی‌شناسند + عکس
De manière générale, la société algérienne s'oriente vers les valeurs religieuses et l'augmentation progressive de l’hijab est un exemple de ce changement positif vers les valeurs morales et sociales de l'islam.
روایت تاریخی حجاب در الجزایر/ زنانی که بد حجابی نمی‌شناسند + عکس
روایت تاریخی حجاب در الجزایر/ زنانی که بد حجابی نمی‌شناسند + عکس
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: