12:05 - July 20, 2020
Code de l'info: 3473532
Téhéran(IQNA)-« L'ampleur du massacre de Srebrenica montre qu’il avait été organisée par le gouvernement. Tuer et enterrer plus de 8 000 personnes en quelques jours, nécessitent des préparatifs que seuls les nationalistes pouvaient se permettre », a déclaré Neven Anđelić, faisant référence à la guerre de Bosnie et au génocide des musulmans.
L'un des moments forts de la semaine dernière en Europe, a été le 25ème anniversaire du massacre de Srebrenica pendant la guerre civile yougoslave. Bien que le massacre ait été considéré comme le plus grand génocide de l'histoire européenne après la Seconde Guerre mondiale, il semble que certains en Europe, tentent de faire oublier cet évènement, et que les populistes cherchent à développer la xénophobie et l'islamophobie.
 
Neven Anđelić, professeur à l'Université Regent's à Londres, estime que les racines des violences étaient l'absence d’évolution pacifique et démocratique du régime communiste au pouvoir en Yougoslavie. 
 
Neven Anđelić, journaliste en Bosnie pendant la guerre, a travaillé au Conseil de l'Europe pour la protection des minorités nationales de 2014 à 2018. En 2003, Routledge Publishing a publié son livre “Bosnia-Herzegovina: The End of a Legacy”. 
 
Dans un entretien avec l'Agence internationale de presse coranique (IQNA), le professeur d'université a évoqué les racines de la guerre de Bosnie et la situation actuelle des musulmans en Europe, et déclaré : 
 
« Plus d'un siècle après le génocide arménien, la Turquie continue de le nier et punit même ceux qui en parlent, et la négation du génocide de Srebrenica en Bosnie-Herzégovine, n’est pas punie par la loi. Les injustices et des crimes du passé sont souvent cachées par les vainqueurs qui imposent leur interprétation de l'histoire. En tant que leader du mouvement pacifiste, j'ai travaillé comme journaliste à la veille de la guerre à Sarajevo. 
جنایات انجام شده علیه مسلمانان بوسنی سازماندهی شده بود
Nous avons organisé des manifestations devant le parlement, et exigé la démission des nationalistes qui voulaient mener le pays à la guerre. Finalement, nous avons été vaincus et le siège de Sarajevo a commencé. J'ai passé la première année de la guerre en état de siège, à Sarajevo. La plupart du temps, l'eau, l'électricité et le gaz étaient coupés. Les tirs ne cessaient pas. 
 
Sarajevo est une petite ville avec environ trois cent mille habitants. La région est entourée de montagnes et de collines où les assiégeants avaient renforcé leur artillerie et placé leurs tireurs d'élite. Plus de 11 000 personnes ont été tuées. J'ai eu la chance que le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) ait autorisé les journalistes locaux à utiliser les avions des Nations Unies, et j'ai quitté la ville en 1993, un an après la guerre. 
جنایات انجام شده علیه مسلمانان بوسنی سازماندهی شده بود
Bien que les Serbes et les Croates aient commis des crimes horribles pendant la guerre, l'ampleur du crime organisé contre les musulmans en Bosnie-Herzégovine, a provoqué un choc international. De vastes préparatifs avaient été faits pour tuer et enterrer plus de 8 000 personnes en quelques jours, ce que seuls les nationalistes pouvaient faire. La crise économique avait conduit les citoyens à voter pour les nationalistes. 
 
Ainsi, une légitimité démocratique a été donnée à un groupe de nationalistes intolérants qui ont pris le contrôle du pays. Les idéologies nationalistes ont été légalisées par des processus démocratiques et cela leur a permis de progresser. Les nationalistes détestent la mondialisation à moins que ce soit leur nation qui domine. Ils considèrent également l'islam comme l'un des facteurs de la mondialisation et le conflit des cultures comme inévitable. 
 
Certains musulmans européens ne partagent pas les valeurs dominantes de la société européenne. Cela les met dans une position de confrontation avec la société et le gouvernement, et crée un prétexte à l’islamophobie. Les élites libérales doivent se réformer. Les inégalités sont en augmentation et pour cette raison, les élites économiques et politiques sont considérées comme étrangères au peuple et corrompues. Seule la politique libérale, une fois réformée, peut empêcher la montée de l'extrême droite, du populisme et de l'islamophobie. 
 
En Bosnie-Herzégovine, les chrétiens, c'est-à-dire les Serbes et les Croates, et les musulmans, c'est-à-dire les Bosniaques, sont économiquement défavorisés en raison de l'incompétence du gouvernement et de la corruption des élites nationalistes au pouvoir qui est pire que le retard général que connaît le pays. Politiquement, le plus grand parti ethnique basé sur l'islam est le groupe le plus fort du pays. Ils sont donc en position de pouvoir. 
 
La renaissance de la religion est une caractéristique de tous les pays post-communistes, mais elle est plus visible en Bosnie-Herzégovine que dans tout autre pays. La religiosité est très élevée parmi les Bosniaques, y compris les musulmans. 
 
En conséquence, les musulmans jouissent d'un haut niveau de liberté religieuse dans une société politiquement pauvre et corrompue. Cela crée un pays qui empêche ses citoyens de s'intégrer à l'Europe à plusieurs niveaux, et empêche la liberté de circulation à travers les frontières de l'Europe. Certains attribuent à tort cela aux politiques antimusulmanes en Europe, mais à mon avis, c’est principalement l'élite politique bosniaque locale qui est responsable de cette situation ».
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: