10:38 - July 21, 2020
Code de l'info: 3473545
Téhéran(IQNA)-Al-Mayadin dans une note sur le rôle de Seyed Hassan Nasrallah dans la guerre du Liban en 2006, a déclaré que les discours de Seyed Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah libanais, pendant l’attaque israélienne de 33 jours contre le Liban en 2006, avaient joué un rôle important et avaient détruit le moral des forces d’occupation israéliennes.

Les entretiens que Seyed Hassan Nasrallah a eus avec les médias, ont remonté le moral du peuple libanais et renforcé la solidarité des forces de résistance et la volonté des combattants sur le champ de bataille.
 
Cela soulève la question de l'importance du rôle médiatique de Seyed Hassan Nasrallah, surtout à notre époque où l'on assiste à une forte pression sur la résistance et ses politiques intérieures et extérieures. 
 
Au cours de la guerre des 33 jours en 2006, la résistance a dévoilé de nouvelles armes et tactiques qui ont changé le cours de la guerre, mais l'arme médiatique et psychologique qui a joué un grand rôle dans la victoire de la résistance, a été le secrétaire général du Hezbollah au Liban, Seyed Hassan Nasrallah, avec ses entretiens à l'intérieur d'un bâtiment au cœur du quartier de Dahiya à Beyrouth, au milieu des bombardements.
 
Aux États-Unis, les présidents suivent généralement des cours pour prononcer des discours et surmonter le stress, mais le résultat de tout cela a été un président anxieux comme Ronald Reagan, l'ancien président des États-Unis, un mauvais plaisant comme Donald Trump, l'actuel président, ou un président bégayant comme l'ancien président George W. Bush.
 
Mais dans le cas de Seyed Hassan Nasrallah, la question est complètement différente, car lorsque le président des États-Unis participe à ces cours, il est un exécuteur dépendant alors que Seyed Hassan Nasrallah a des idées, des programmes et de grandes stratégies, et est capable d'exprimer ses idées. Seyed Hassan Nasrallah énumère dans l’ordre les différents points, puis énonce la relation entre ces points, et est capable de communiquer des informations à tous, de manière facile.
 
Pendant la guerre des 33 jours, le charisme de Seyed Hassan Nasrallah s’est révélé et le quatrième jour de la guerre, le journal israélien Yedioth Ahronoth a écrit en première page, que ce qui se passait sur le champ de bataille n'était pas ce que disait l'armée israélienne.
 
« Les Israéliens croient plus Seyed Hassan Nasrallah que leurs responsables », confessaient les colons sionistes les sixième, septième et huitième jours de la guerre, et les habitants de la colonie de Karyat Shamuna ont été forcés de l'admettre.
 
 Dans son premier discours, le 14 juillet, Seyed Hassan Nasrallah a déclaré : « Si vous voulez une guerre libre, nous irons également vers une guerre libre jusqu'à Haïfa et même au-delà ». Cette phrase a été publiée dans tous les médias israéliens en une heure, et a semé la terreur dans les cercles israéliens.  
 
14 ans après la guerre des 33 jours, « Plus loin qu’Haïfa » et « regarde le feu » en référence au ciblage de la corvette israélienne Hanit de la classe Sa'ar V, par les forces de la résistance, sont encore en vogue en Israël et diffusés sur les réseaux sociaux.
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: