12:07 - September 07, 2020
Code de l'info: 3474050
Téhéran(IQNA)-Les comportements islamophobes, l'autodafé du Coran et la nouvelle publication des caricatures du Prophète de l'Islam en Suède, au Danemark et en France, la semaine dernière, étaient des abus de la liberté d'expression.

Les insultes aux valeurs islamiques sous prétexte de lutter contre le terrorisme et l'extrémisme, se sont considérablement développées dans les pays européens et aux États-Unis, où des individus prétextant la nécessité du respect de la liberté d'expression, se livrent à des comportements qui mettent en colère les musulmans du monde entier. Avec la croissance des réseaux sociaux, ces comportements sont devenus plus intenses et plus répandus.

En 2010, Terry Jones, pasteur d'une petite église de Floride, avait annoncé son intention de brûler 3 000 exemplaires du Coran à la mémoire des personnes tuées le 11 septembre. Le 29 avril 2019, Rasmus Paludan, un homme politique d'extrême droite danois, a brûlé plusieurs fois des copies du Coran et voulait le faire à nouveau la semaine dernière. En 2005, le journal danois, Jyllands-Posten, a publié 12 caricatures sur l'islam, dont certaines sur le prophète (as), qui ont été publiées en France, en Espagne, en Italie, en Allemagne, en Norvège, aux Pays-Bas, en Suisse, en Pologne et en République tchèque. En 2008, plusieurs publications danoises ont réimprimé les caricatures après que la police a arrêté trois personnes qui voulaient assassiner le caricaturiste. Outre le Danemark, des revues en Suède, en Espagne et aux Pays-Bas, ont publié des caricatures et relaté l'arrestation des suspects. Le 14 janvier 2015, deux membres du groupe terroriste de Daech ont attaqué le bureau du magazine satirique Charlie Hebdo, en réponse à la publication d'une caricature de leur chef, Abu Bakr al-Baghdadi, et un certain nombre de collaborateurs du journal ont été tués sans compter les films anti islamiques comme « L’Innocence des musulmans » en 2012 et le roman « Les versets du diable » de Salman Rushdie.

رواج اسلام هراسی به قیمت قربانی کردن آزادی بیان و چندپاره کردن جامعه

Le silence qui a suivi, sous prétexte de maintenir la liberté d'expression dans ces pays, a conduit à la poursuite de ces comportements haineux. Le président français lors d'une cérémonie pour commémorer les 150 ans de la proclamation de la IIIe République, le 4 septembre 2020, a de nouveau défendu l'action effrontée du magazine "Charlie Hebdo" qui avait republié des images insultantes du Saint Prophète (as) et déclaré : « Vous ne pouvez pas choisir uniquement ce qui vous plait en France. La liberté en France inclut la liberté de croire ou de ne pas croire, et cela n’est pas séparable d’une liberté d’expression allant jusqu’au droit au blasphème ».

رواج اسلام هراسی به قیمت قربانی کردن آزادی بیان و چندپاره کردن جامعه

Certains pays européens ont complètement abrogé les lois relatives au blasphème. Le Royaume-Uni, par exemple, a abrogé la loi en 2008, et il n'y a fondamentalement aucune sanction prévue dans ce domaine. Le blasphème aux Pays-Bas, jusqu'en novembre 2012, était punissable en vertu de l'article 147 du Code pénal néerlandais, avec jusqu'à 3 mois de prison ou une amende de 3 800 euros mais cette loi a été abrogée en novembre 2012. Jusqu'en 2008, les tribunaux britanniques condamnaient des individus pour blasphème, mais cette année, la Grande-Bretagne et le Pays de Galles ont abrogé leurs lois sur le blasphème. Après l'Angleterre et le Pays de Galles, le 24 avril 2020, le gouvernement écossais a adopté un nouveau projet de loi prétendant modifier les lois sur les crimes de haine, pour mieux se protéger contre les discriminations raciales, sexuelles, d'âge et religieuses, qui modifiait les lois antérieures sur le blasphème. Plusieurs pays européens, comme l'Allemagne, la Pologne, l'Espagne, le Brésil et la Russie ont conservé leurs lois sur le blasphème. Cependant, certains pays comme les États-Unis et les pays d'Europe de l'Est, n'ont aucune loi dans ces cas, et définissent le blasphème comme un crime de haine. La situation est différente dans des pays comme la France, le Canada, la Norvège et la Suède où les insultes aux valeurs religieuses sont autorisées, sous prétexte de protéger la liberté d'expression.

رواج اسلام هراسی به قیمت قربانی کردن آزادی بیان و چندپاره کردن جامعه
3921004

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: