12:01 - November 17, 2020
Code de l'info: 3474814
Téhéran(IQNA)-Harriet Sherwood dans le journal britannique « Observer », a déclaré que la religion était la ligne rouge de nombreux musulmans et qu'une mauvaise présentation de celle-ci conduisait à des préjugés.

Le rapport, intitulé « Comment travailler ensemble », publié par l'Institut Wolff, montre dans les résultats d'une étude de deux ans, que les gens tolèrent les minorités en fonction de leur race et de leur nationalité, mais ont de nombreux préjugés sur la religion.

L'étude qui a été menée sur un certain nombre de musulmans, y compris des musulmans pakistanais, a révélé que la religion était une ligne rouge pour les 11700 personnes interrogées, d'Angleterre et du Pays de Galles.

Les trois quarts des participants non asiatiques et non africains, se sont dits satisfaits du mariage de leurs parents asiatiques et africains, mais seulement 43% accepteraient que leurs proches épousent un musulman ou une musulmane.

Les musulmans sont souvent exposés aux réactions négatives des adeptes des autres religions, en particulier dans le cas du mariage. Selon cette étude, si le mariage interracial est accepté en général, le mot « musulman » évoque des sentiments négatifs plus élevée chez les 75 ans, les personnes sans diplômes universitaires ou d'origines non asiatiques.

Dans cette étude, les hommes sont plus opposés au mariage avec une personne d'une autre religion, d’une autre race ou d’une autre nationalité, que les femmes. Des hindous, des sikhs, des bouddhistes et des athées ont exprimé leur désapprobation à propos du mariage d'un membre de leur famille avec un musulman, ainsi qu’une minorité de chrétiens.

La plupart des musulmans disent ne pas être d'accord avec un parent qui épouserait un bouddhiste, un hindou, un juif, un sikh ou un athée, et 4 personnes sur 10 sont opposées au mariage d’un proche ou d’une proche avec une personne chrétienne.
3935526

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: