10:24 - March 09, 2021
Code de l'info: 3476021
Téhéran(IQNA)-"Au moment où les États-Unis semblent réévaluer leurs relations avec l'Arabie saoudite, nous appelons le gouvernement britannique à faire de même et à arrêter ses ventes d’armes à Riyad », a déclaré Mohsen Siddiqui, directeur d'Oxfam au Yémen.

Malgré la décision de son allié américain, la Grande-Bretagne a confirmé qu'elle continuerait à armer la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen. Les derniers chiffres du gouvernement le mois dernier, ont montré que Londres avait autorisé une vente d'armes d'une valeur de 1,88 milliard de dollars à Riyad - y compris des missiles et des bombes - entre juillet et septembre 2020.

« C'est une décision destructrice et catastrophique », a déclaré Sarah Waldron, « La Grande-Bretagne est directement responsable de cette catastrophe à cause de ses ventes d'armements et son soutien injustifié à la coalition dirigée par l'Arabie saoudite qui a détruit une grande partie des infrastructures du Yémen ».

« La Grande-Bretagne réduira de moitié son aide au Yémen en 2021, dans une mesure fortement condamnée par les politiciens et les ONG », a rapporté Middle East Eye sur la politique du gouvernement britannique au Yémen.

Malgré les efforts de la nouvelle administration américaine pour mettre fin à la crise au Yémen, il semble que certains pays pro-saoudiens, ne soient pas disposés à mettre fin à la guerre, du moins à court terme, pour des raisons économiques.

Le secrétaire d'État américain, Anthony Blinken, a promis que Washington fournirait 191 millions de dollars d'aide au Yémen cette année, soit 35 millions de dollars de moins que l'an dernier.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, James Clorley, a récemment annoncé lors d'une conférence de l'ONU sur le Yémen, que la Grande-Bretagne s'était engagée à verser 121 millions de dollars en 2021, somme inférieure aux 223 millions de dollars promis lors de la conférence de l'année dernière et au total de 2978 millions de dollars d'aides britanniques au Yémen en 2020-2021.

Pour faire face à la crise yéménite, la Grande-Bretagne versera au moins 87 millions de pounds au Yémen au cours de l’année, pour porter l'aide britannique à plus de 1 milliard de pounds depuis le début du conflit », a déclaré Clorley à la conférence.

Les Nations Unies avaient espéré collecter 3,85 milliards de dollars lors du sommet virtuel auquel avaient participé plus de 100 gouvernements et donateurs, mais seulement 1,7 milliard de dollars ont été collectés. L'année dernière, les organisations humanitaires ont reçu environ 1,9 milliard de dollars, soit environ la moitié de ce qui était nécessaire.

« Des millions d'enfants, d'hommes et de femmes yéménites ont un besoin urgent d'aide. Couper les aides est une condamnation à mort », a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres.

La réduction de l'aide britannique portera un coup dur aux objectifs de 2021. Cette réduction fait partie d'une annonce controversée du gouvernement britannique en novembre, selon laquelle le pays réduira son budget annuel d'aides étrangères de 0,7% du PIB à 0,5%.

Après que les Nations Unies ont averti la semaine dernière, que le Yémen était confronté à la pire famine depuis des décennies, Ancien Secrétaire d'État aux Affaires étrangères et du Commonwealth, Jeremy Hunt, a critiqué la décision du gouvernement britannique de couper l'aide au Yémen, affirmant que c’était le pire moment et la décision la plus décevante. « Ignorer un pays oublié et son peuple est incompatible avec nos valeurs, affaiblit notre autorité morale et réduit notre influence. Nous devons accroître notre soutien, la cessation de l'aide au Yémen est incompréhensible dans des conditions où le danger est très élevé », a-t-il dit.

L'ancien Secrétaire d'État aux Affaires étrangères et du Commonwealth, David Miliband, qui est maintenant directeur de l'International Rescue Committee, a accusé le gouvernement d'augmenter les dégâts de six années de guerre infructueuse.

« La Grande-Bretagne en abandonnant son engagement de 0,7%, sape sa crédibilité mondiale », a-t-il déclaré.

Andrew Mitchell, député conservateur et ancien secrétaire au développement international, a déclaré que cette décision condamnerait des milliers d'enfants à la famine. « Ce n’est pas une politique étrangère logique mais le résultat de la rupture du pacte inscrit dans le Manifeste du Parti conservateur », a-t-il déclaré.

Lisa Nandy, Secrétaire d'État des Affaires étrangères du cabinet fantôme, a qualifié cette décision de déclaration "profondément décevante" de la part du gouvernement et a déclaré : « Malgré tous les discours sur la Grande-Bretagne, c'est nous qui mettons de côté notre morale et nos obligations, et emboitons le pas aux États-Unis ».

Le porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères a déclaré en réponse à la réduction de la moitié du budget : « La Grande-Bretagne s'est engagée à soutenir le peuple yéménite par des efforts diplomatiques pour parvenir à une paix durable. Depuis le début du conflit, nous avons soutenu et continuerons de soutenir les millions de Yéménites en leur fournissant de la nourriture, de l'eau potable et des soins de santé. Nous utilisons le siège du Conseil de sécurité des Nations Unies et travaillons par l'intermédiaire de nos alliés, pour une solution durable du conflit. Les dirigeants yéménites doivent travailler en étroite collaboration avec l’ONU, pour parvenir à un cessez-le-feu ».

3957354

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: