10:43 - April 11, 2021
Code de l'info: 3476310
Téhéran(IQNA)-L'histoire de l'arrivée de l'islam en Chine, remonte à l’année 650 après JC, soit le premier siècle de l'Hégire, avec la migration des Iraniens et des Arabes par la mer et la Route de la Soie, sous le règne de la dynastie des Tang, qui a conduit à l'entrée de l'islam en Chine et a joué un rôle important dans l'établissement des relations entre ce pays et les pays islamiques.

Le résultat de l'arrivée de l'islam en Chine est une population d'environ 60 millions de musulmans dont la plupart vivent dans les provinces du Xinjiang, du Gansu, du Ningxia et du Qinghai. Les Ouïghours et les Hui sont les deux principaux peuples musulmans de Chine. Les Hui sont un groupe musulman iranien qui s'est rendu en Chine il y a environ 500 ans, pour promouvoir l'islam, a fusionné avec le peuple Khan (Han) et s'est installé dans la région.

Le site d'information Al-Jazeera a publié un article sur les anciennes mosquées de Suzhou qui déclare : « Sur les rives du fleuve Yangzi Jiang dans la province du Jiangsu, près de la ville de Shanghai à l'est de la Chine, se trouve l'ancienne ville de Suzhou, fondée au 5ème siècle avant JC, qui devint un important centre commercial en Chine, dont son voisin Shanghai, prit le relais. La ville regorge de canaux et d’escaliers en pierre, de temples et de jardins qui lui ont valu le surnom de « Venise orientale ». Mais le labyrinthe de ruelles et de chemins de cette vieille ville cache un mystère historique qui est l'existence de la culture islamique dans cette ville depuis des siècles. La ville de Suzhou, dans la province chinoise orientale du Jiangsu, avec une population de 1489146 habitants en 2008, est une des plus anciennes villes de Chine et est devenue l'une des attractions touristiques de la Chine en raison de ses marches de pierre, de ses temples et de ses beaux jardins, alors que dans le passé il y avait des mosquées dans cette ville, qui ont été oubliées.

«سوژو»؛ شهر مساجد گمشده در چین

Alessandra Capletti, professeure agrégée en études internationales à l'Université Xian Jiaotong, dans un article du site Web australien « The Conversation » sur la ville de Suzhou et ses mosquées historiques datant du XIIIe siècle, a déclaré que l’islam date de l'époque où des soldats musulmans, des marchands, des fonctionnaires et des traducteurs de la dynastie Yuan de Mongolie sont entrés dans la ville. D'après les inscriptions et les peintures sur les monuments en pierre, il est clair que les sociétés islamiques étaient très appréciées par la cour de l'Empire chinois qui avait une vision positive de l'islam en raison de son système moral, et a encouragé la coexistence pacifique entre les différentes nations dans les territoires de l’empire.

«سوژو»؛ شهر مساجد گمشده در چین

Cependant dans la seconde moitié du XIXe siècle, alors que des millions de musulmans de l'ouest de la Chine étaient persécutés et déplacés, l'islam était considéré comme une menace sérieuse par certains chrétiens, en particulier les chrétiens russes. Beaucoup en Occident, pensaient que l'islam pouvait être la religion nationale en Chine qui deviendrait alors, le plus grand pays islamique du monde.

Aujourd'hui, Suzhou est une ville de 12 millions d'habitants, à 20 minutes de Shanghai en train à grande vitesse. Ce qui reste de la ville islamique de Suzhou est situé à l'extérieur des murs de la ville au nord-ouest. Dans les vestiges de cette vieille ville, il ne reste qu'une seule mosquée, la mosquée Taipingfang, dans le quartier commercial de Shilu, toujours actif. Cette mosquée, située dans le quartier très fréquenté de Shilu, a été réparée en 2018. Autour de la mosquée se trouvent de petits restaurants, hôtels, boutiques et des boucheries qui répondent aux besoins alimentaires des musulmans locaux.

«سوژو»؛ شهر مساجد گمشده در چین

Avant 1949, il y avait une dizaine de mosquées dans la ville de Suzhou de différentes tailles et importance sociale, dont certaines avaient de hauts bâtiments avec de belles décorations, tandis que d'autres ne comprenaient que de petites salles de prière. De nombreuses mosquées de la ville avaient des écoles affiliées qui enseignaient des textes arabes et islamiques aux enfants des familles musulmanes. Suzhou est l'un des premiers centres culturels de Chine qui a publié des livres islamiques en chinois. Au 16ème siècle, les traductions du persan au chinois ont été effectuées par des érudits de Suzhou, faisant de cette ville un centre culturel et islamique aux multiples facettes, car les livres islamiques étaient enseignés à côté des livres confucéens.

La mosquée des femmes, dont l'imam était aussi une femme, était considérée comme une mosquée de seconde classe. La mosquée des femmes nommée Baolinqian, est l'une des quatre mosquées construites sous la dynastie des Qing en 1923, par trois femmes de la famille des Yang, qui ont investi dans la construction de la mosquée et ont reçu le soutien financier de nombreuses familles musulmanes de la famille des Yang. Pendant la Révolution culturelle chinoise (1966-1976), la bibliothèque de la mosquée qui contenait des livres sacrés, a été endommagée et le bâtiment de la mosquée a été réduit à quelques maisons, de sorte qu'aujourd'hui, rien ne montre qu'il y avait une mosquée à cet endroit.

Une autre mosquée nommée Tiejunong, a été construite pendant les trois années de la dynastie des Qing (1879 à 1881) qui était considérée comme la plus grande mosquée de Suzhou, avec une superficie de 3000 mètres carrés et 7 cours. La partie principale de la mosquée qui servait aux prières du vendredi, était composée de 10 salles pouvant accueillir plus de 300 personnes. Tiejunong pendant la révolution culturelle chinoise, a été transformée en école primaire mais il est possible de reconnaître des traces de cette mosquée autour du bâtiment et sur les portes en bois.

آماده// «سوژو»؛ شهر مساجد گمشده در چین / گزارش

La mosquéeTaipingfang

La mosquée Tiankuqian a été construite en 1906 dansn quartier qui est maintenant un des quartiers pauvres de la ville. La mosquée avait une superficie d'environ 2000 mètres carrés et comprenait une salle principale, une salle pour les invités et un bain public. Étant donné que de nombreux mineurs de cette région étaient musulmans, l'aide financière à la mosquée a conduit à son épanouissement et dans les années 1920, une école d'enseignement des textes islamiques et confucéens, a été ouverte à cet endroit.

«سوژو»؛ شهر مساجد گمشده در چین

La mosquée Baolinqian

La plus ancienne mosquée de Suzhou est la mosquée Xiguan, au nom d’un pont situé au centre de la vieille ville. Cette mosquée a été construite au 13ème siècle sous la dynastie des Yuans avec l’aide financière d’une importante famille musulmane de la dynastie Yuan. La mosquée a ensuite fusionné avec le bâtiment royal sous la dynastie des Ming, de sorte que seuls des documents chinois locaux font état de l’existence de cette mosquée. Cela montre que la dynastie Yuan préférait choisir des musulmans pour les postes de direction et les services gouvernementaux.

«سوژو»؛ شهر مساجد گمشده در چین

La révolution culturelle chinoise a complètement interdit l'islam et de nombreux édifices religieux de cette ville ont été détruits, mais des portes, des pierres, des statues existent encore qui sont des souvenirs du passé et le signe de la diversité sociale et de la géographie spirituelle de cette ville.

آماده// «سوژو»؛ شهر مساجد گمشده در چین / گزارش

3962901

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: