11:07 - June 12, 2021
Code de l'info: 3476989
Téhéran(IQNA)-Le recours en cassation pour la condamnation à perpétuité de l'ancien commandant de l'armée serbe, Ratko Mladić, a été rejeté par le tribunal de l'ONU.

Connu sous le nom de « boucher des Balkans », Mladic est l'un des principaux auteurs des crimes de guerre et du génocide perpétrés pendant la guerre de Bosnie, au cours de laquelle environ 100 000 personnes ont été tuées et 2,2 millions de personnes déplacées. Le massacre de Srebrenica a eu lieu dans un territoire qui était censé être sous la protection de l'ONU, et cette tragédie est le pire crime commis en Europe, depuis la Seconde Guerre mondiale.

« Rien ne changera avec la punition du « boucher de Srebrenica » impliqué dans le meurtre de milliers de musulmans bosniaques. De nombreux nationalistes serbes continueront de nier le génocide de Srebrenica. La société est profondément divisée politiquement », a déclaré Newan Angelic, expert des Balkans et professeur de relations internationales et de droits de l'homme à l’université Regent's de Londres. De 2014 à 2018, il a été membre du Comité consultatif sur les droits des minorités dans l'Union européenne. Parmi ses œuvres, le livre « Bosnie-Herzégovine : la fin d'un héritage », qui traite des développements dans les Balkans, en particulier en Bosnie-Herzégovine.

Dans une interview avec l’Agence iranienne de presse coranique (IQNA), il a évoqué le récent verdict de Mladic et ses implications, et a déclaré :

« Le tribunal actuel était un nouveau type de tribunal pénal international dans l'ex-Yougoslavie établi par le Conseil de sécurité de l'ONU, au plus fort de la guerre des Balkans, car la communauté internationale n'avait aucune confiance dans les pays post-yougoslaves et leur système judiciaire. Les crimes commis (dans la guerre de Bosnie) étaient évidents, mais les criminels étaient loués dans leurs sociétés en tant que nationalistes. Par conséquent, ce tribunal a été créé par les Nations Unies, pour éviter les tentatives infructueuses (pour punir les auteurs de crimes de guerre) qui ont été faites dans le passé. Les tribunaux de Leipzig et d'Istanbul n'ont pas rendu justice après la Première Guerre mondiale. Les tribunaux de Nuremberg et de Tokyo ont donc été décrits comme une « victoire de la justice » après la Seconde Guerre mondiale, et le TPIY (ancien Tribunal pénal international de Yougoslavie) a été une première tentative d'établir la justice dans un tribunal international. Ces efforts ont été suivis par la formation d'un tribunal dit "jumeau" pour le Rwanda, et une communauté de juristes, d'experts et de politiciens se sont réunis à Rome, en 1998, pour s'entendre sur les termes d'un tribunal international. En 2002, la Cour pénale internationale a été créée à La Haye. Il s'agissait d'un changement dans le processus de jugement des criminels de guerre yougoslaves. La condamnation de Mladic est probablement la dernière décision de l'IRMCT (Mécanisme de la Cour pénale internationale) créé à l'origine, parce que le TPIY devait être fermé.

Ratko Mladic n'était pas personnellement impliqué dans la politique. Avant la guerre, il était officier de l'armée à un poste inconnu. Son transfert en Croatie, a changé les choses. Mladic a attiré l'attention lorsque ses forces ont séparé les belligérants, mais ont en fait, protégé la partie serbe au bord de la défaite. Mladic était officier de l'armée populaire yougoslave à l'époque, et affirmait qu'il n'avait aucun lien avec les nationalistes. Cependant, ils se sont rangés du côté des Serbes locaux en Croatie.

Lors du déclenchement du conflit en Bosnie-Herzégovine, il a été transféré à Sarajevo et a pris le commandement de l'armée lorsque l'Armée populaire yougoslave est devenue officiellement l'Armée des Serbes de Bosnie. Leur supériorité militaire sur l'armée bosniaque, souvent mal préparée et non équipée, lui a donné une supériorité militaire dont il jouissait manifestement. De même, de nombreux nationalistes serbes le considéraient comme un héros, titre dont il a profité pour fuir la justice pendant plus de 15 ans. Il a été reconnu coupable de 10 des 11 crimes dont le procureur l'accusait. L'ampleur du massacre de Srebrenica était telle qu'il était impossible pour certains officiers subalternes et unités plus petites, de le réaliser. Cette action nécessitait d'énormes préparatifs et la coopération de plusieurs grandes unités sous le commandement des plus hauts généraux. Même si ce n'était pas une idée de Mladic et s'il n'a pas personnellement appuyé sur la détente, Mladic se trouvait dans une position où rien n'aurait pu se passer sans son ordre. Les familles des victimes sentent que les choses arrivent à leur terme avec ce verdict, mais les morts ne reviendront pas. Tant que ces trois groupes de nationalistes - Serbes, Croates et Bosniaques - gouverneront la Bosnie-Herzégovine, rien ne changera dans ce pays.

3976496

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: