11:01 - June 19, 2021
Code de l'info: 3477070
Téhéran(IQNA)-Dans un geste controversé, Wasim Rizvi, membre du Conseil central des dons de l'État indien d'Uttar Pradesh, a publié une version déformée du Coran dans laquelle il a supprimé 26 versets, suscitant de nombreuses protestations de la part des musulmans.

Wasim Rizvi, membre du conseil central de la fondation Uttar Pradesh et ancien chef de l'organisation, a publié et diffusé le premier exemplaire de ce qu’il appelle « le vrai Coran » où il a supprimé 26 versets, prétendant que ces versets « ont été ajoutés après la mort du Prophète Mohammad (psl) » et « étaient une incitation à la violence ».

Rizvi a déclaré qu'il enverrait son livre au chef de l'Indian Muslim Personal Legal Board (AIMPLB).

Auparavant, la Cour suprême de l'Inde avait infligé une amende de 50 000 roupies à Rizvi et rejeté sa demande au tribunal pour qu’il intervienne dans la suppression de ces 26 versets. Rizvi a réitéré cette demande auprès de la Cour suprême.

Rizvi dans une vidéo, a déclaré récemment qu’il avait publié « le premier vrai Coran », comme il aurait dû l'être après le Prophète Muhammad (psl) et qu’il enverra cette copie pour étude, au président du Conseil juridique musulman individuel de l'Inde, pour « montrer les différences » et « comment ce livre mettra fin au terrorisme et à la violence ».

Il a dit qu'il avait également envoyé une copie de son Coran au Premier ministre indien, demandant qu'il fasse partie du programme d'études dans toutes les écoles et déclarant que cette version sera bientôt disponible sur le marché.

Cette entreprise a provoqué la colère des musulmans indiens. Maulana Kaleb Javad, secrétaire général de la Maison des oulémas indiens et éminent religieux chiite, ainsi que l'éminent religieux sunnite Maulana Khalid Rashid Farangi, ont condamné Rizvi et exigé son arrestation pour trouble à la paix et blasphème.

En réponse aux déclarations de Rizvi, les grands érudits chiites du Cachemire et les érudits chiites de l'Inde ont publié une déclaration et envoyé une lettre au guide suprême lui demandant d'émettre une fatwa.

Les musulmans indiens se sont également déclarés contre les propos de Wassim Rizvi, et ont manifesté leur colère en lançant sur Twitter, les hashtags #ArrestLaanatiWasimRizvi et #Quran_Is_Our_Constitution.

3977907

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: