11:15 - July 13, 2021
Code de l'info: 3477351
Téhéran(IQNA)-Le chef de l'Organisation de la culture et des relations islamiques a déclaré lors du dévoilement du livre persan « هیاهو بر سر هیچ » en trois langues, que cette initiative précieuse de Mohammad Ali Movahed était un exemple de soutien patriotique au nom du Golfe Persique et aux droits légitimes d'une nation.

La cérémonie de présentation des traduction, arabe, française et turque, du livre "Du bruit pour rien", s'est tenue le 12 juillet 2021. Ces traductions ont été faites en coopération avec le Centre de traduction et de publication des sciences islamiques et des sciences humaines, et la Maison iranienne du livre.

Abuzar Ebrahimi Turkman, chef de l'Organisation de la culture et des relations islamiques et membre du Haut Conseil de la Révolution culturelle, a déclaré lors de cette cérémonie : « L'existence d'érudits comme Movahed et de ce livre sont un exemple clair de soutien patriotique et une barrière contre les déclarations mensongères des gouvernements qui cherchent à changer le nom du Golfe Persique ou revendiquent la propriété des îles d'Abou Moussa et des Grande Tunb et Petite Tunb, alors qu’ils connaissent la vérité mieux que quiconque mais essaient de l'ignorer. L'Organisation de la culture et des relations islamiques, sur la base des documents disponibles dans les archives de tous les pays, a montré scientifiquement, que ces affirmations étaient fausses. Ces îles appartiennent à la République islamique d'Iran et le nom du Golfe Persique restera toujours le nom de ce Golfe. Movahed a essayé de montrer la vérité au lieu de s'engager dans des débats rhétoriques, et a mentionné un point dans l'introduction du livre sur la fidélité aux documents existants sur lesquels nous pouvons faire des recherches et des commentaires mais que nous n'avons pas le droit de modifier. Au moment des négociations pétrolières, Mohammad Ali Movahed était conseiller de l'équipe de négociation et avait fait de nombreuses études sur les questions pétrolières et notamment sur le Golfe Persique ».

Abbas Khamehyar, conseiller culturel iranien au Liban, a déclaré : « La pire trahison consiste à déformer l'histoire et les documents historiques, et à les politiser, et cela s'est souvent produit dans l'histoire de notre région. Le rôle des colonisateurs occidentaux, en particulier des Britanniques, ne doit pas être ignoré. Partout où nous allons, nous voyons les empreintes des Britanniques. Les différends frontaliers sont des bombes à retardement que l'on peut trouver dans la plupart des pays du monde, du Golfe Persique et du sous-continent indien. La falsification des noms et l’affaire des trois îles et du nom du Golfe Persique en sont des exemples. Le rôle des médias britanniques, en particulier le rôle de la BBC, en persan et en arabe, est évident et important. Le livre "Trois îles" écrit par Walid Hamdi Al-Azami, professeur de sciences politiques, qui est une répétition de la propagande des médias occidentaux, avait besoin d'une réponse et cela a été fait par le Dr Movahed, de manière scientifique ».

Dans un message vidéo, Mohammad Ali Movahed a déclaré qu’il était très heureux d'assister au dévoilement de son livre dans trois grandes langues, et a remercié tous ceux qui ont participé à cette cérémonie et les conférenciers estimés, en particulier le professeur Yildirim et le Dr Ebrahimi-Turkman.
Il a ajouté : « J'ai écrit ce livre il y a de nombreuses années, au moment de la parution du livre de Walid Hamdi. J'avais décidé d'écrire un article mais le travail s’est avéré plus détaillé ».

Jamal Kamyab, ancien conseiller culturel de la République islamique d'Iran en France, a déclaré : « Dans la plupart des œuvres de M.Movahed, il y a un esprit de recherche et une véritable recherche de la vérité. Nous avons essayé de publier une partie de ce livre dans un trimestriel en France, pour montrer que toutes les déclarations du livre sont vérifiées ou vérifiables sur la base de données objectives. Le lecteur sait à chaque instant, si l'événement ou le document évoqué est une perception de l'auteur ou un fait réel ».

Hassan Didehban, ancien représentant culturel de l'Iran à Erzurum en Turquie, a déclaré : « Nous avons insisté pour que Nemat Yildirim qui est un traducteur compétent et a traduit plus de 20 livres dont le Shahnameh, et a reçu le Prix du livre de l'année, soit le traducteur de ce livre. Les Publications « Damavand » ont publié la traduction en turc d'Istanbul, en 1000 exemplaires. Les livres publiés en turc, sont pour la plupart islamiques et religieux, et les livres historiques sont moins publiés alors qu’il faudrait en traduire et en publier davantage. Les éditeurs turcs sont intéressés par la publication de livres persans et iraniens, et nous devrions faciliter les règles et les protocoles ».

Mohammad Rasoul Al-Masiyeh, directeur du Centre de traduction et de publication de livres islamiques et de sciences humaines de l'Organisation de la culture et des relations islamiques, a également déclaré : « Nous soutenons et publions environ 70 livres par an, et encourageons les gens qui veulent travailler dans ce domaine. Nous voulions organiser cette cérémonie au mois de mai, lors de la journée nationale du Golfe persique, mais pour plusieurs raisons, notamment le fait que nous n'avions pas reçu la traduction arabe du livre, la cérémonie a été reportée et a eu lieu aujourd'hui ».

3983594

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: