7:37 - November 01, 2021
Code de l'info: 3478556
Téhéran(IQNA)-La liberté n’est pas un point de départ pour l’homme. Il est un objectif, à condition de respecter l’ordre et à condition qu’elle est respectée par tous ceux qui sont chargés à mettre en œuvre cet ordre.

Le 28 octobre 2020, et suite à la republication par certains journaux français des caricatures offensantes contre la personnalité éminente du Prophète de l’Islam (SAWA), acte soutenu par des responsables du gouvernement de la France et plus particulièrement son président, l’Imam Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, a adressé à un message à la jeunesse française dans lequel il a invité la jeunesse française de demander deux questions importante à leur président, à savoir : « 1. pourquoi il soutient l'offense au Prophète de Dieu, tout en la considérant comme la liberté d’expression ? 2. pourquoi alors douter au sujet de l’holocauste est considéré comme un crime ? »

Pierre Dortiguier, professeur de philosophie et conférencier en géopolitique et en philosophie de l'histoire, parle sur l’importance, l’impact et les différents aspects de ce message de l’Imam Khamenei et tente d’apporter quelques éclaircissements sur le pourquoi de cette attitude dichotomique du gouvernement français. Voici la vidéo et la transcription de cette interview :


Transcription :

Ce message était nécessaire, car cette jeunesse française, qu’elle soit chrétienne ou musulmane ou même agnostique de bonne foi, est dans un désarroi complet, du fait d’un enseignement qui lui apprend, selon des instructions officielles, à mépriser ou à se méfier de toute forme d’esprit religieux, quel qu’il soit. Et ceci, bien sûr, est également le cas dans la vie publique, par exemple les crèches qui célèbrent en France la naissance du « Issa », Jésus (béni soit-il) sont souvent interdites, sous prétexte très hypocrite et ridicule de heurter la conscience des musulmans, comme si on voulait faire ignorer aux chrétiens que les musulmans sont respectueux de « Marie » et de « Issa ».

Ceci donc va très très loin, et ce qu’on vise par-là, c’est former ce que Platon (ancien philosophe que l’Imam Khomeiny commentait la politique quand il était à Qom) a évoqué comme étant un esprit tyrannique, qui est une forme de décomposition du mauvais esprit démocratique et ceci se découvre dans le manque d’éducation ; non pas dans l’éducation actuelle, mais le manque d’éducation.

Donc l’impact de cette lettre est juste. Le sentiment que j’ai eu à l’époque, je dois dire que ce message du Leader est bref, mais justement il n’en est que plus fort et je crois qu’il a été répandu en France, car il faut le dire que les la radio et la télévision iraniennes sont écoutées ici chez nous au sein de la jeunesse musulmane, mais pas seulement, aussi au sien de ceux qui sont encore attachés à lutter contre une sorte de vague gigantesque que J’appellerais justement, une sorte d’esprit tyrannique qui paralyse les énergies.

Ce qui nous a beaucoup touchés, moi et beaucoup de familles, c’est lorsque notre président et je parle du président de la république française - qui comme moi-même était un élève des (écoles) jésuites où il a reçu un enseignement religieux -, a parlé de la liberté de blasphémer.

Tout ceci est évidemment très démoralisant. C’est une sorte de mauvaise compréhension, une compréhension vicieuse, il faut le dire, pour un président qui a fait sa licence de philosophie, c’est une manière non pas hypocrite mais une manière profondément erronée de comprendre ce que c’est la liberté ; la liberté n’est pas au service de la tyrannie, la liberté n’est pas un point de départ de l’homme, c’est un point d’arrivé, à condition de respecter l’ordre et de respecter bien sûr tous ceux qui le représentent.

Seulement comment voulez-vous faire entendre à des gens qui ne lisent plus ? C’est là le plus grand malheur de la jeunesse, c’est qu’elle regarde des émissions, elle regarde des images, elle participe en classe et à de débats, mais elle lit très peu…

Je dois dire que c’est la grande différence entre ma génération et celle d’aujourd’hui. Dans ma génération, il était possible bien sûr de pouvoir discuter de tous les sujets dont ceux touchant à la seconde guerre mondiale comme à la première, mais aujourd’hui, je vous le dis - sans parler de l’Holocauste, puisque même le fait d’en parler ou de l’évoquer peut même tomber sous les coups des lois -, je vous dirai aussi que le seul fait de dire par exemple que c’est nous en France qui quelques heures après l’Angleterre, le 2 septembre 1939, avons déclaré la guerre à l’Allemagne, ce seul fait de dire que c’est nous qui sommes à l’origine d’une déclaration de guerre, tout ceci par exemple peut entraîner la suspension ou de très mauvaise notes envers un professeur. Alors, remarquez que ceci ne se reproduit pas chez nous, puisque dans notre enseignement on fait tout pour l’interdire, on fait tout pour le taire ; donc il faut comprendre que des jeunes générations d’aujourd‘hui sont élevées dans des phantasmes. Qu’est-ce que j’entends par phantasme ?
 
Bien sûr, il y a ces malheurs de la Seconde Guerre mondiale, qui devraient être l’objet d’un examen, mais par exemple il y a aussi des ignorances complètes sur les massacres de l’Allemagne, les massacres des populations, sur des viols des femmes, des choses comme ça.

En parler est même suspect ; et alors le produit, c’est la jeunesse qui est complètement ignorante et peut naturellement être orientée dans tous les sens qu’on voudra, et ceci, bien sûr, est une manière tyrannique de gouverner.

Il y avait une femme dans l’antiquité qui avait dit à un tyran qui refusait que son frère soit enterré parce qu’il était un ennemi politique, est-ce que chez les dieux c’est-à-dire dans la divinité ces lois sont justes ?

Est-ce que ce que vous décrivez comme intolérance chez nous, est ce que c’est vrai du point de vue divin ? Est-ce que cela répond à ce qu’on enseigne dans l’Évangile, qu’on enseigne dans le saint Coran ? Non absolument pas !

Mais comment voulez-vous le dire ? Puisque ces livres saints eux même ne sont plus lus par la jeunesse, c’est cela qu’il faut voir. Il y a une déchristianisation et une dé-islamisation qui est rampante mais qui est profonde ! Alors évidemment les gens ne lisent pas, parce que pour examiner, il faut pouvoir comparer, « juger c’est comparer » disait un grand philosophe ; et bien on ne compare pas, on ne lit plus de livres, on lit de moins en moins de livres, on regarde des émissions, on regarde des images ! Est-ce que vous croyez que c’est ainsi qu’on se forme une idée juste ?

Non ! On n’a plus d’idée en tête. On n’a que des réactions, on n’a que des fausses émotions ou des vraies émotions! Et c’est sur cela que le « cocher » que j’appelle « le tyran du monde », celui qui veut conduire le monde, il conduit ses chevaux, il nous conduit. C’est cela que je veux faire ressortir.

La réponse à votre question, c’est qu’autrefois cet examen était possible. Aujourd’hui, il n’est plus possible, car nous sommes dans le domaine des passions, le domaine de la terreur, un domaine qui a été celui de la révolution française ! Vous savez cette révolution, dont on parle tant, ait pu quand-même amené 24 sœurs religieuses à l’échafaud en 1894, sous prétexte qu’elles étaient réactionnaires. Alors voyez-vous si on suit cette politique-là, on va vers la terreur, on va vers l’écroulement de toute l’humanité, et il est bon que les pays musulmans puissent défendre ce que j’appelle la raison, défendre la saine raison.

Je donnerai comme exemple un de ceux qui, chez nous, a défendu l’islam – je profite de cette question pour le dire. Vous avez Voltaire. Voltaire est célébré par certains ici comme quelqu'un ayant écrit contre Mahomet, comme on disait autrefois contre le prophète, une pièce de théâtre, qui en fait visait le pape. La preuve est qu'après trois représentations à Lille, la pièce a été censurée. Mais il a écrit "l’Essai sur les mœurs et l'esprit des nations". « L'Essai sur les mœurs et l'esprit des nations » qui est extraordinaire et qui est un éloge remarquable de l’œuvre du Prophète. Voilà notre propre passé que nous nions et que nous rejetons au nom des Lumières ; mais ce n’est pas des lumières ce que nous avons. Ce sont véritablement des ténèbres.

Un homme est libre s’il est fort ; Or les élites françaises n’ont pas la force de celle de l’autre fois, car notre pays est très faible du point de vue financier ; donc il est à la merci des emprunteurs que ce soit l’Arabie Saoudite par exemple ou d’autres ; donc la France n’a pas une politique qui répond à des intérêts et à la raison même qui devrait guider le peuple français et l’élite française. Mais ils sont des gens qui répètent ce que leurs créanciers leur demandent de dire et ceci ce n’est pas simplement une affaire économique, mais également une affaire politique.

Un des candidats à la présidence de la République que je ne nomme pas aujourd’hui, passe son temps à crier contre l’Islam, à dire que l’islam c’est l’islamisme – d’ailleurs il ne connaît rien sur le sens des mots -, mais il excite les gens contre la religion musulmane, et ceci pourquoi ?

Ceci est parce que nous sommes très affaiblis par une mauvaise politique depuis le siècle dernier, et bien, nous sommes obligés justement de nous soumettre à des maîtres nouveaux, à des maîtres financiers quel que soit leur religion ou leur manque de religion plutôt, qui nous guident comme on guide des chevaux ; voilà nous sommes un bétail que l’on pousse comme cela. Et quelqu’un qui ne nous répéterait pas ces slogans contre l’Islam, contre le christianisme même, et bien cette personne-là serait rejetée, elle n’aura pas d’avancement, et dans la misère qui nous menace elle n’aurait pas une oasis, un lieu de retrait confortable. C’est uniquement cela.

C’est une réaction matérialiste et une absence de culture et de foie idéaliste. Nous sommes dans le matérialisme, et dans le matérialisme, on est dans les ténèbres, on n’est pas en pleine lumière.

Le mot (dichotomie) est très juste. C’est une dichotomie du gouvernement français qui se coupe entièrement de la voix populaire, qui n’écoute absolument pas ce qui est dit, qui est insensible à ce que veut le peuple ! Pourquoi ?

Parce que lui-même n’est pas sûr de sa position. Toutes les élites françaises sont nommées par des comités, par des groupes financiers qui font pression sur elles ; ce ne sont pas de vraies élites. En réalité ce sont des gens qui sont choisies, et on peut les faire tomber souvent par des scandales, par des pressions. Ils sont très fragiles et donc, comme on dit, ils obéissent à leurs nouveaux maîtres très souvent invisibles, des maîtres par exemple qui choisissent des personnes de caractère faible.

J’ai remarqué, car j’ai suivi la politique depuis la mort du général de Gaulle que j’avais servi très modestement en collectionnant une partie de ses mémoires à l’Institut Charles de Gaulle fin 1968 et je remarque la différence entre les élites de l’époque et les élites actuelle:

Avant les gens étaient maître d’eux-mêmes ; ils étaient plus indépendants dans la mesure où on peut l’être, mais aujourd’hui malheureusement, il n’y a plus d’indépendance chez ceux qui nous gouvernent.

On choisit des personnalités – je dois le dire et ce n’est pas une critique méchante -, qui sont médiocres de tempéraments. On prend bien soin de ne pas choisir des gens extrêmement instruits ou des gens qui ont fait leur preuve de courage. On choisit des êtres moyens, des êtres faibles, et c’est malheureusement cela qui explique pourquoi ils n’écoutent pas le peuple, car ils n’ont pas confiance en eux-mêmes, ils savent qu’ils ne dominent pas la situation, qu'ils sont dominés dès le moment où ils sont choisis.

Ce sont des gens qui sont élus par des sociétés qu’on pourrait appeler « sociétés discrètes », et qui les maintiennent là, et souvent les font chanter. Ce n’est pas une accusation que je formule, mais c’est une constatation qu’on peut subodorer de ce que quelques fois la presse laisse transparaître.

Je dirais une dernière chose ; je remarque également que dans la jeunesse d’aujourd’hui, y compris dans la jeunesse musulmane, on ignore beaucoup à cause de la faiblesse de l’enseignement, par exemple des choses très élémentaires comme la déclaration Balfour de 1917. Tout ceci, même l’histoire de la Palestine, n’est pas connue. Les gens se révoltent contre la tyrannie exercée par l’occupant en Palestine, mais ne connaissent pas très bien les raisons, car ceci n’est pas enseigné dans les classes.

Je ne dis pas que ceci est entièrement caché, mais déformé au point que nous avons à faire à une jeunesse qui est désorientée, mais qui sent quand-même le fond des choses.  Il y a un instinct quand-même qui est celui de la jeunesse et qui bien sûr l’emportera.

Nous l’espérons, et nous en sommes sûrs, que cet instinct contrera les calculs maléfiques de ceux qui prétendre nous gouverner…
khamenei.ir
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: