8:31 - May 12, 2022
Code de l'info: 3480662
Téhéran(IQNA)-Les condamnations ont afflué de différents horizons pour le meurtre de sang-froid d'un journaliste palestinien par les forces du régime israélien en Cisjordanie occupée mercredi.

L'Iran, ainsi que les groupes de résistance de Palestine et du Liban, ont fermement condamné le meurtre de la journaliste d'Al Jazeera Shireen Abu Akleh, le qualifiant de "crime" et "d'attaque visant la vérité".

Abu Akleh, 51 ans, a reçu une balle dans la tête alors qu'elle couvrait un raid militaire israélien sur le camp de réfugiés de Jénine en Cisjordanie occupée, a indiqué le ministère palestinien de la Santé.

Elle a été immédiatement transportée à l'hôpital dans un état critique mais a été déclarée morte.

Ali Samoudi, un autre journaliste palestinien de la chaîne Al Jazeera, a été hospitalisé dans un état stable après avoir reçu une balle dans le dos.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a dénoncé l'attaque mortelle et s'est ému de sa famille, de la chaîne basée au Qatar et des journalistes engagés dans la cause palestinienne.

Le porte-parole du gouvernement iranien, Ali Bahadori Jahromi, a également fustigé le régime d'occupation de Tel-Aviv pour ce crime diabolique, le qualifiant d'attaque contre la liberté des médias.

« Le crime du régime sioniste en tuant la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh est une attaque contre la liberté des médias et une violation du droit international », a-t-il écrit dans un post sur Twitter.

Le chef du service mondial de radiodiffusion de la République islamique d'Iran (IRIB), le Dr Ahmad Norouzi, a fermement dénoncé mercredi dans un communiqué le meurtre de sang-froid d'une journaliste palestinienne par les forces du régime israélien.

Il a rendu hommage à la journaliste palestinienne assassinée pour avoir dénoncé les crimes horribles du régime de Tel-Aviv et a exprimé sa solidarité avec les journalistes internationaux qui rapportent honnêtement et sans crainte les atrocités israéliennes dans les territoires palestiniens occupés, sans se soucier des conséquences.

Le Liban a condamné le crime

Le président libanais, Michel Aoun, a déclaré qu'avec ce crime « l’occupant israélien ajoute à son histoire sanguinaire un nouveau chapitre de pratiques abusives et d’agressions. »

Aoun a indiqué dans une lettre de condoléance adressée au président de l’Autorité Palestinienne, Mahmud Abbas, que l’occupant israélien piétine toutes les chartes et les droits qui protègent le travail des journalistes.

Condamnation en Palestine

Ismail Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas a présenté ses condoléances après  le martyre de « cette fille héroine qui a passé sa vie à faire des révélations sur la plus terrible occupation de l’histoire contemporaine. »

Il a précisé : « Shirren restera à jamais dans la mémoire de la génération qui continue sa lutte jusqu’à l’expulsion des occupants du territoire palestinien. »

Un membre du Comité islamique chrétien pour le soutien des lieux saints, le père Manuel Muslim, a confirmé que l'armée d'occupation israélienne a délibérément assassiné la journaliste palestinienne Sherine Abu Aqleh, alors qu'elle couvrait la prise d'assaut le camp de Jénine, ce mercredi matin.

S'adressant aux occupants, qui inventent de piètres justifications pour contester le meurtre du journaliste Abu Aqleh, Muslim a déclaré : « Vous êtes les tueurs criminels, vous les Sionistes, et vous devez payer le prix du sang de Sherine et le sang de ses collègues journalistes du début à la fin. "

Un sit--in de protestation réprimé

Les forces d’occupation israéliennes ont arrêté, mercredi soir, six Palestiniens après les avoir violemment tabassés lors d’un sit-in protestaire contre l’assassinat de la journaliste de la chaine Al-Jazeera, Sherin Abu Aqleh.

sit-in protestataire/Abu Aqleh

Des sources locales ont révélé que des membres de la police israélienne ont recouru au gazage et au tabassage des participants au sit-in organisé à Beit Hanina, au nord de la ville de Jérusalem, et elles ont arrêté quatre citoyens.

Les sitinneurs avaient hissé le drapeau palestinien et des portraits de la martyre palestinienne tout en scandant des slogans dénonçant la politique israélienne qui vise les journalistes dans le but de les faire taire.

L’OCI et la Ligue arabe condamnent

L'Organisation de la coopération islamique (OCI) et la Ligue arabe ont dénoncé avec la plus grande fermeté l'assassinat ciblé d'une journaliste palestinienne chevronnée par les forces israéliennes alors qu'elle couvrait un raid de l'armée en Cisjordanie occupée, l'Union européenne exigeant une intervention rapide et enquête indépendante sur l'assassinat.

L'OCI a déclaré dans un communiqué que le crime constitue une violation flagrante du droit et des principes internationaux, et nécessite une enquête et des poursuites immédiates contre tous les responsables.

La Ligue arabe a également condamné le meurtre de la journaliste palestinienne, déclarant : « De tels crimes odieux sont destinés à supprimer la vérité et la liberté ».

Il a également tenu les forces israéliennes entièrement responsables de la mort d'Abu Akleh et a souligné la nécessité d'une enquête internationale sur le meurtre de la journaliste.

La position de l’ONU et de l’UE

Le bureau des droits de l'homme de l'ONU s'est dit "consterné" par le meurtre d'Abu Akleh et a exigé une enquête transparente sur sa mort.

« Nous sommes consternés par le meurtre de la journaliste Shireen Abu Akleh alors qu'elle couvrait une opération militaire israélienne à Jénine, en Palestine", a déclaré le bureau de la chef des droits de l'homme de l'ONU, Michelle Bachelet, sur Twitter, ajoutant : "Nous demandons instamment une enquête indépendante et transparente sur son meurtre. L'impunité doit cesser. »

L’Union européenne a exprimé son « choc » face au meurtre de l'éminente journaliste palestinienne et a appelé à une enquête rapide et indépendante sur sa mort.

« Nous exprimons nos plus sincères condoléances à sa famille et appelons à une enquête rapide et indépendante pour traduire les auteurs en justice. Il est impératif d'assurer la sécurité et la protection des journalistes couvrant les conflits », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Sources diverses

Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: