12:48 - May 16, 2022
Code de l'info: 3480705
Téhéran(IQNA)-Le souhait et l'espoir sont différents. Le souhait est un sentiment intérieur qui peut être impossible à réaliser, mais l'espoir est un souhait qui peut se réaliser.          

La recherche de cet espoir dans la philosophie islamique, conduit à la participation de l’être humain à l'univers.

L'incapacité de la théologie classique à organiser avec espoir la relation entre l'univers, Dieu et l'homme, est devenue la base de l'émergence de nouvelles lectures comme la théologie de l'espérance qui répond à cinq critiques fondamentales de la théologie classique, bien qu'elle soit encore très incomplète.

Dans la tradition islamique, des lectures précises conformes à la science, ont été faites à partir de l'école de Mulla Sadra, comme le livre « The Restless Institution of the World » qui a partiellement répondu aux problèmes de la philosophie aristotélicienne. Mais il y a encore du chemin à parcourir et les philosophes doivent répondre à des critiques sérieuses, dont les plus importantes sont la question du mal, du libre arbitre ou du patriarcat des religions abrahamiques.

« La Théologie de l'Espérance » parle d'un dieu qui contrairement à la théologie classique, n'est pas séparé du monde matériel et des êtres humains.

Dans un de ses livres, Seyed Hossein Nasr a parlé de la caractéristique la plus importante d'un croyant qui est la responsabilité du croyant qui se considère plus responsable qu’un laïc.

Dans les nouvelles lectures de la théologie, on tente de restituer le rôle de l'homme et de faire passer l'homme d'un être passif, seulement obéissant, à un être actif plus désireux de participer à l'univers que d'avoir peur de l'enfer.

Nous espérons en notre Dieu et cet espoir n'est pas inaccessible. L'espoir s'accompagne de la croyance en la possibilité de sa réalisation, c'est-à-dire qu'il a un aspect à la fois émotionnel et cognitif.

Nos critères pour croire en la réalisation d'un avenir radieux sont les versets fréquemment mentionnés dans les textes sacrés, en particulier le Coran qui dit :

فَٱصْبِرْ كَمَا صَبَرَ أُو۟لُوا۟ ٱلْعَزْمِ مِنَ ٱلرُّسُلِ وَلَا تَسْتَعْجِل لَّهُمْ ۚ

« Endure (Muhammad) donc, comme ont enduré les messagers doués de fermeté et ne te montre pas trop pressé de les voir subir [leur châtiment] » (Coran 46 :35)

Le Coran est plein de promesses qui aident à croire à la réalisation de nos espoirs :

 » وَنُرِيدُ أَنْ نَمُنَّ عَلَى الَّذِينَ اسْتُضْعِفُوا فِي الْأَرْضِ وَنَجْعَلَهُمْ أَئِمَّةً وَنَجْعَلَهُمُ الْوَارِثِينَ  « 

« Mais Nous voulions favoriser ceux qui avaient été faibles sur terre et en faire des dirigeants et en faire les héritiers » (Coran 28 :5)

Extraits des propos de Rasoul Rasoulipour, professeur à l'Université de Kharazmi et chercheur en philosophie de la religion.

4053661

Tags: ، ، ، ،
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: