La banque islamique sera-t-elle le futur système bancaire au Pakistan ?

12:00 - June 29, 2022
Code de l'info: 3481189
Téhéran(IQNA)-La croissance de la banque islamique au Pakistan, et dans d'autres parties du monde, n’est pas seulement due à des facteurs religieux. Avec l'aggravation des crises financières, la confiance dans les banques traditionnelles a diminué et a conduit à une augmentation de la popularité du système bancaire islamique.

Le dernier week-end de mai 2022, le Moon Peak Hôtel de Karachi a organisé un événement auquel participaient 450 personnes pour entendre les discours d'experts de Malaisie, des Maldives, du Qatar, des Émirats arabes unis, des États-Unis, du Royaume-Uni, de France, de Turquie, de Bahreïn et du Pakistan, avec 4 500 participants aux réunions en ligne.

Lors de cette conférence de deux jours organisée par le Centre de finance islamique (CEIF) de « l'Institute of Business Administration (IBA) », le ministre pakistanais des Finances, le Dr Muftah Ismail, a fait un discours vidéo. « Nous sommes dans la bonne direction », a déclaré le Dc Ismail à propos de la récente décision de la Cour fédérale de la charia selon laquelle toutes les banques au Pakistan, doivent être converties en banques islamiques, avec des services bancaires sans intérêt.

Le directeur de la Banque d'État du Pakistan (SBP), Morteza Seyed, a également assisté à la vidéoconférence, et affirmé que le financement islamique est largement reconnu comme l'un des secteurs à la croissance la plus rapide du financement mondial.

L'industrie pakistanaise de la finance islamique a dépassé les 42 milliards de dollars à la fin du premier trimestre de 2022, selon un récent article du classement Fitch. Les actifs et la valeur des dépôts bancaires islamiques sont également importants. Selon les dernières données de SBP, ces actifs représentent environ 20% de l'ensemble du système bancaire. Selon le « SBP Bulletin of Islamic Banking » (octobre-décembre 2021), au 31 décembre 2021, il y avait 5 banques islamiques avec 1 693 succursales au Pakistan.

Mamiza Haq, maître de conférences à l'Université du Queensland en Australie, a déclaré : « Contrairement aux banques conventionnelles, les déposants auprès des banques islamiques ont le droit de savoir ce que la banque fait de leur argent et de donner leur avis sur l'endroit où leur argent est investi. Une autre différence est que les banques islamiques à tous les niveaux des transactions financières, refusent l’intérêt et encouragent le partage des risques entre le prêteur et l'emprunteur. En 2014, le SBP a mené une enquête et a constaté que 60% de leur échantillon de population pensaient que la croissance de la banque islamique était un phénomène axé sur la demande. Très peu considéraient la croissance de l'industrie comme un phénomène purement lié à l'offre, ce qui indique que la plupart des gens ont réalisé la demande réelle de solutions bancaires islamiques. À cet égard, le financement islamique peut aider à répondre aux besoins de ceux qui n'utilisent pas actuellement le financement conventionnel pour des raisons religieuses. Sur les 1,6 milliard de musulmans dans le monde, seuls 14 % ont des comptes dans des banques conventionnelles. Au Pakistan, la majorité de ceux qui utilisent les services bancaires semblent être prêts à se tourner vers les banques islamiques.

Lors du sondage KAP, 74 % des banques interrogées ont déclaré qu'elles souhaitaient passer au système bancaire islamique, tandis que 17 % ont déclaré qu'elles n'étaient pas sûres de le faire. Celles qui ont refusé étaient une nette minorité de 9 %. L'enquête a montré qu'il existe une forte demande de services bancaires islamiques au Pakistan. Plus de 90% des utilisateurs ont indiqué qu'ils étaient satisfaits de l'environnement et du personnel des banques islamiques. Les autres raisons principales étaient probablement religieuses.

Erfan Sedighi, président et chef de la direction de Mizan Bank, a déclaré : « Depuis l'émergence de la banque islamique dans le pays, les dépôts conventionnels ont augmenté en moyenne de 13 % par an, et les dépôts bancaires islamiques ont augmenté en moyenne de 42% par an au cours de la même période. Les motivations religieuses sont importantes mais ne sont pas les seules. En offrant une large gamme de services bancaires islamiques, nous avons montré que la banque islamique n’est pas conçue pour un seul service ».

Khyber Bank, une banque publique, a converti plus de 50 % de ses opérations, et Faisal Bank a presque achevé sa conversion d'un système conventionnel à un système 100 % conforme à la charia.

Mohammad Faisal Sheikh, responsable du groupe bancaire islamique de la Faisal Bank, a déclaré : « La transformation de la Faisal Bank est un succès non seulement au Pakistan, mais aussi dans le monde. Le processus de conversion a commencé en 2015. La banque a commencé par convertir 220 agences. Aujourd'hui, le réseau s'est étendu à 621 succursales à travers le pays. Il ne reste plus que 5 succursales qui vont changer dans un proche avenir ».

« Moody's Investor Service », une société américaine de services financiers et commerciaux spécialisée dans l'analyse du marché obligataire, l'échange des valeurs mobilières, la gestion de crise et les services de gestion de fonds communs de placement, estime que, compte tenu du potentiel de croissance de ce secteur et de ses solides performances financières, nous nous attendons à ce que davantage de banques deviennent des banques entièrement islamiques.

Mais la banque islamique est également confrontée à des problèmes et des défis au Pakistan. L'un des défis est que certains juristes n’acceptent aucun système bancaire et s'opposent fermement aux banques islamiques. Un autre problème est le manque de banquiers spécialistes du système bancaire islamique. Si la décision de la Cour fédérale de la charia est appliquée, le pays sera confronté à une pénurie de main-d'œuvre spécialisée.

Ahmad Siddiqui, directeur du Centre de finance islamique de « l'Institute for Business Management (IBA) », a déclaré que les parties prenantes s'efforçaient de sensibiliser le public au système bancaire et financier islamique : « Les universités devraient introduire des études sur la banque islamique pour les étudiants en commerce et en économie, et former des professionnels capables de répondre à la demande croissante de banquiers connaissant la banque islamique et capables de l'expliquer aux gens. Des écoles bancaires islamiques spécialisées ont été créées à Karachi, Lahore et Peshawar. Ces formations sont destinées non seulement aux banquiers professionnels mais aussi aux universitaires ».

Constantinos Krypreos, vice-président de Moody's Financial Services, a déclaré : « Nous nous attendons à ce que la banque islamique continue de croître avec une part de marché d'environ 30 % du total des actifs et des dépôts, d'ici la fin de 2026 ».

4065677

Prénom:
Email:
* Commentaire:
captcha